Tribu Masai au Kenya. Cliquez pour agrandir


Bienvenue au 1939505 ème voyageur depuis Jan 04. Connecté : 1
Retour de Sicile en Octobre 2007, les photos !!

Laguna Verde a la frontière chili-bolivie - Cliquez
Page des Nouveautés sur le site
Qui sommes nous?
Albums tour du monde et précédents voyages
Carnet de voyage
Infos pour le tour du Monde : Objectifs, Itinéraire, Budget, Billets d'Avion, Formalités, Assurances, Internet
Infos pour préparer un voyage : Equipement, Santée, En cas de Besoin, Garder contact, Visas, Sécurité, Santée
Bilan de notre tour du Monde, notre retour en france, Partage de notre experience des voyages
Iles Uros sur le lac Titicaca (pérou) - Cliquez
Invitation aux voyages - Infos générales sur la culture de différent pays
Accueil
Nos pays, sites, endroits préférés, Nos coups de coeur, les meilleurs moments et les piresCartes, plans, informations des parcs NationauxNotre récits de Week-end autour de NiceNotre retour du de voyage du Tour du Monde, Installation à Nice, premiers mois, Changement de personnalitésInternet, Ordinateurs : cybercafés pour garder contact, stockage des photos numériques, comment créer et mettre à jour son site Internet?Livre d'or - Ecrivez nous un mot!Budget par pays pendant un tour du MondeComment voyager dans le Monde, la meilleure façcon
Chercher dans le site

Carnet de voyage : Bresil

L’or et les pierres précieuse dans le Minas Gerais : Ouro Preto et Mariana -Ecrit au retour

Ouro Preto, l’une des villes les mieux conservées depuis l’époque coloniale de notre voyage en Amérique du Sud et aussi , l’une des plus charmantes. Tout a été gardé pour garder l’ensemble de la ville : harmonieux et agréable pour une balade parmi les 12 églises baroques de l’époque, Vieilles maisons colorées, petites rues pavées, collines où sont perchées des petites églises remplies d’art et d’or. Aucun bâtiment nouveau ou hôtel ne défigure les innombrables vues sur la ville un peu partout. Cela change de la ville impériale de Petropolis où la croissance de la ville a défiguré l’ensemble. Ouro Preto était a l’époque une ville phare pour la conquête vers l’or et les pierres précieuses au coeur du Minas Gerais (les mines Générales). Maintenant,c’est une ville prospère vivant sur le tourisme autour de ses églises, les plus décorées les l’unes que les autres par le maître d’œuvre, L’Aleijadinho. Les mines à explorer en sont aussi un autre centre d’intérêt.

Arrivés à 6H30 du matin par un bus de nuit aussi pénible que les autres, sièges bien inclinables cette fois-ci mais que de virages pour aller dans la montagne du Minas Gerais et aussi, seulement 7H de bus pour 40 Réais, (départ a 11H40), parfois, on voudrait que cela dure plus longtemps pour dormir un peu plus. Le bus est quasiment plein. Nous avions achetés nos billets a l’arrivé à Rio, le samedi 5 au matin.

Nous nous faisons accoster dès l’arrivée à la station de bus, la Rodoviaria, par un gars sympathique que nous prenons avec méfiance sans justification (depuis un an, on se méfie des gens qui nous aident sans aucune raison apparente, il y a toujours de l’argent la dessous), il nous indique le chemin à prendre avec une grande gentillesse.

7H à la place Tiradentes, au lendemain du dernier jour de carnaval , que c’est crade !! Les rues sentent la pisse de toute part, des flaques jaunâtres un peu partout, des faux travestis de la veille encore en train de prendre la dernière bière. Les nettoyeurs s’activent au plus vite pour redonner à la ville son charme du quelle nous pourrons profiter dans les quelques heures qui suivent. Ils ramassent les confettis, et surtout, aspergent d’eau tout ce qui pu, en particulier le monument Tiradentes au centre de la place.

A Ouro preto, Tiradentes était l’un des initiateurs de l’indépendance du brésil, il fut pendu sur la place et écartelé. Maintenant, c’est l’un des symboles du pays.

Encore fatigués du carnaval de Rio et du bus, on déchante assez vite en constatant que les pousadas sont encore toutes complètes. Un rabatteur nous indique des lieux pour dormir mais nous insistons pour rester sur les adresses recommandées du guide du routard, la seule information vraiment intéressante dans ce bouquin.

On prend un petit déjeuner au café de la place. Ce n’est pas un cafézinho que je prend (comprenez, petit café), mais un large pour essayer de me réveiller. Il est 7H30, Lise, en pleine forme, propose même de commencer la visite de la ville, un peu dure pour moi. Le petit déjeuner ne coûte vraiment 3x rien. Quand ce n’est pas touristique, les prix baissent. A 8H, on demande alors à la personne en face de la porte de l’office du tourisme de pouvoir laisser notre sac à dos. Non, c’est encore fermé me répond t on, alors que l horaire d’ouverture est bien 8H, la porte est déjà grande ouverte et je voulais laisser juste un sac. Je lui ai dit qu’il n’était pas sympathique ce qu’il n a pas aimé évidement.

Retour à la poussada « Nello Nuno » pour laisser les affaires. Une chambre s’est libérée bien qu’elle ne soit pas encore nettoyée !! pas de problème.

Nous en profitons pour commencer déjà la visite des églises. Pas de chance pour nous, le lendemain de carnaval, c’est fermé. L’office du tourisme est incapable de nous renseigner sur les horaires d’ouverture, Du coup, on commencera par les plus éloigner. Si elles sont fermées, au moins, on pourra voir les points de vue sur la ville. L’église, Igreja de santa Efigenia dos preto, jouit d’un beau point de vue. Derrière l’église, une petite colline portant une croix doit donner un joli panorama. Sur le chemin de la montée, on se fait accoster par un gamin nous demandant 6 réais pour être accompagner. Je ne comprend pas bien ce qu ‘il dit, et je deviens suspicieux sur la sûreté des lieux surtout que j’ai tous les papiers sur moi (passeports, billets d avion, ..) et que je ne vois personne dans la ruelle. ET la règle numéro 1 de sûreté au Brésil et de toujours marcher la où il y a du monde. Je demande à un jeune plus bas dans la rue. Il me dit bien que les lieux ne sont pas sur, un touriste Brésilien s’étant déjà fait dépouillé de tout , y compris ses habits. Même dans une petite ville paisible comme Ouro Preto, il ne faut pas oublier que l’on reste au Brésil. C’est bizarre la mentalité des personnes ici, mais comment se la communique t elle ? J’ai du mal à croire que c’est juste la pauvreté qui donne l’insécurité, nous sommes allés dans des endroits bien plus pauvres où il n’y avait pas ce genre de problème (comme les petits village autour de Salta et Jujuy en Argentine ).

On rencontre une vieille dame, et on lui demande la même chose, elle confirme. Bien, Comme les église sont fermées et les autres lieux pas sur, nous l’accompagnons jusqu’à son petit marché, où elle achète des pommes de terre pour son repas du midi : Biffe (steak) + Frittes + riz. La conversation est difficile mais on comprend et on se fait un peu comprendre en portugais. Elle nous explique ce qu’elle fait.

On retourne à la poussada vers 10h40, on se repose dans la chambre et on prend une douche. La chambre et très coquette, et pour 70, c’est très bon marche. La propriétaire est bien gentille. Il y a une petite cours intérieure.

Nous repartons à 13 heure, et cette fois, les églises sont enfin ouvertes, mais jusqu’a 17H, il faut se dépêcher. Nous visistons d’abord, Igreja NS Da conceicao de Antonio dias, incluant un petit musée intéressant sur L’Aleijadinho, le petit handicapé (il est devenu handicapé par la suite, mais je peux vous assuré qu’il ne l’était pas pour son talent!), pour une somme d’entrée modique de 2 à 3 réais. (Enfin, le droit d entre est exigée sur presque toutes les églises d intérêt et au final, ça fait une petite somme). Interdit de prendre des photos dans les églises, mais j’ai pu en voler quelques unes pour vous montrer la beauté de l’intérieur, de l’or et des scultures.

Nous visitons ensuite les autres églises de la ville : Igreja de NS das Merces e perdoes, Igreja de Sao Francisco de Assis, Igreja de NS do Carmo, sans oublier le Museu da Inconfidencia qui regroupent des pièces de l’art baroque de l’époque et aussi, du mobilier et objets ayant servis pour la rébellion pour l’indépendance. Les objets exposés ne sont pas d’un grand intérêt mais les grandes salles et leur nombre fait que ça vaut un coup d œil.

Nous visitons ensuite l’église de Matriz de NS do Pillar et son petit musée, celui-ci sans intérêt. Nous nous arrêtons au retour devant un magasin de HiFi, où sur les téléviseurs exposés passe le résultat du carnaval de Rio. Ca se joue à trois fois rien mais notre favori Beija flor est gagnant devant Tijuca que nous verrons samedi prochain et qui est trés bien aussi, je dois dire.

On mange assez tôt, vers 18H30, dans un resto plutôt chic qui nous sers une très bonne caipirinha et un très bon plat local, le Feijoada, à base de riz, haricots, sauce et viandes que les miniers mangeair à midi pendant l’époque de l’or.

Jeudi 10, nous nous levons pas très tôt, nous prenons notre petit déjeuner avec des touristes anglo brésiliens avec qui nous sympathisons tout de suite, Le gars brésiliens travaille a l’ONU à Genève et la fille, dans des organismes humanitaires, elle a fait France-Chine en moto en 6 mois. Ils nous proposent de nous conduire a Mariana, une autre ville authentique de l époque à 6 km de Ouro Preto. Finalement, nous resterons avec eux toute la journée. D’abord, nous passons dans une vieille demeure historique, la dame parle même un peu Français, elle nous montre son mobilier et sa vieille maison rénovée. Elle offre même a Lise un châle traditionnel de la région. Puis, nous allons visiter les églises de Mariana, Tout aussi superbe qu’à Ouro Preto. Ensuite, visite de la mine d’or, 17 réais, assez cher, mais ça vaut le coup, la descente est du type Indiana Jones dans un trolley et vous vous enfoncez dans les profondeur de la mine parcourant plusieurs étages où était extrait a l’époque. Nous nous arrêtons au niveau d’un petit lac souterrain, impossible d’aller plus loin !

A notre retour, crevant de faim, on mange à Ouro Preto dans un buffet libre. Il est déjà 18H, nos amis doivent être a Bello Horizonte ce soir et nous quittent. Fatigués, je rentre à la poussada tant dis que Lise écrit ses mails. Je la rejoindrais plus tard pour graver les photos.

Vendredi 12. La télévision nous réveille à nouveau de 7h à 7H30 du matin, comme la veille, heureusement que nous avions nos boules oreilles . Déja que le soir, il y a le bar qui fait du bruit. La poussada est tranquille, mais plutôt en journée !!

On réfléchit de plus en plus à revenir à Rio pour Samedi soir au Sambodrome pour revoir les vainqueurs. Pour la destination d’aujourd’hui pour Congonhas, Pas de chance pour nous, il n’y a pas de bus avant 13H, et encore, Ce n’est pas le direct. Nous aurions du prendre le direct hier soir. Mais contrairement à d’habitude, nous n’avions pas demandé les horaires des bus de notre prochaine destination lors de l’arrivée a Ouropreto.

Nous allons tout de même a la Rodoviaria à 10H30 dans le cas ou nous pourrions prendre un bus plutôt avec une autre compagnie. Peine perdue . Dans la queue, une femme impolit nous passe devant. On laisse le sac au garde objet , c est cher juste pour 2 heures, (4 réais ?), Retour au centre et Lise retourne dans un magasin de bijoux qui lui tente bien. Dommage pour elle, à la mine hier, c’était bien moins cher et elle se rend compte qu’elle aurait mieux fait d’acheter là bas. Les prix sont quand même moins cher qu’a H.Stern à Ipanema dans le quartier chic de Rio. J’attend Lise au monument Tiradentes à la place centrale, regardant l’activité de la ville : L’estrade ayant servi pour le carnaval est retirée, des touristes serpentent les rues et des guides (vrais ou faux ?), se proposent leur aides, infos générales, hôtels, parking pour la voiture, etc.. On retourne à la gare et on passe devant 2 autres églises mais elles sont fermées. Des marchands ambulants vendent tout type d’objet avec des pierres de mauvaise qualité.

Nous partons enfin pour Congonhas, là ou nous attend une des plus belles œuvres de L’Aleijadinho, A suivre…

Recit précédent - Recit suivant
Un commentaire sur la page? Un conseil à donner? N'hésitez pas!
Envoyez moi un petit mot et je l'insérerai dans la page. Ou Signez le livre d'or !!!
Optionnel : Nom Email  

Last modified : December 16, 2005 18:37


Divers : Liens vers autres sites, Webmasters, échange de liens, FAQ, Nous écrire
- S'inscrire à la mailing liste