Tribu Masai au Kenya. Cliquez pour agrandir


Bienvenue au 1928400 ème voyageur depuis Jan 04. Connecté : 1
Retour de Sicile en Octobre 2007, les photos !!

Laguna Verde a la frontière chili-bolivie - Cliquez
Page des Nouveautés sur le site
Qui sommes nous?
Albums tour du monde et précédents voyages
Carnet de voyage
Infos pour le tour du Monde : Objectifs, Itinéraire, Budget, Billets d'Avion, Formalités, Assurances, Internet
Infos pour préparer un voyage : Equipement, Santée, En cas de Besoin, Garder contact, Visas, Sécurité, Santée
Bilan de notre tour du Monde, notre retour en france, Partage de notre experience des voyages
Iles Uros sur le lac Titicaca (pérou) - Cliquez
Invitation aux voyages - Infos générales sur la culture de différent pays
Accueil
Nos pays, sites, endroits préférés, Nos coups de coeur, les meilleurs moments et les piresCartes, plans, informations des parcs NationauxNotre récits de Week-end autour de NiceNotre retour du de voyage du Tour du Monde, Installation à Nice, premiers mois, Changement de personnalitésInternet, Ordinateurs : cybercafés pour garder contact, stockage des photos numériques, comment créer et mettre à jour son site Internet?Livre d'or - Ecrivez nous un mot!Budget par pays pendant un tour du MondeComment voyager dans le Monde, la meilleure façcon
Chercher dans le site

Carnet de voyage : Cambodge

Trois jours à Angkor, retour à la capitale - 15/03/2004


Bonjour!
  Nous avons passé quelques jours à Angkor, l'un des plus beaux sites d'Asie du Sud Est. Aujourd hui, nous sommes redescendus à Phnom Penh, capitale du Cambodge , après 5 heures de retard (11 heures au lieu de 7 heures) dû à un accident sur le trajet (voir plus bas). D'ici 2 ou 3 jours, nous serons au Vietnam.
  Angkor, des temples parsemés dans la jungle du Cambodge, plus beaux les uns que les autres, en particulier le renommé Angkor Vat.
Le premier soir de notre arrivée, nous assistons à un couché de soleil en haut d'un temple du site. Le soleil devient extrêmement rouge lorsqu'il baisse sur l'horizon, malheuresement, celui-ci n'y parvient jamais tellement l'atmosphère est brumeuse. Un bémol cependant, tous les touristes disséminés lors de la journée sur l'ensemble des temples se réunissent à peu près en un seul endroit à ce moment-là (voir photos disponibles prochainement).
Journée classique :
Lever vers 6h - 6H15. Eh oui! C'est tôt, mais ici, tout le monde (enfin, seulement les Cambodgiens) se lève très tôt, le soleil est déjà levé depuis une heure et se couche à 6 heures du soir. Du coup, il y a plus de monde dans les rues à 7H du mat' qu'à 8H du soir.
Petit déjeuner : crêpes au chocolat pour moi, Lise variant selon le jour. Nous ne nous sommes toujours pas habitués à la soupe et au pâtes (noodle) le matin, comme mangent les cambodgiens).
7H - 7H30 : les deux premiers jours, nous louons des vélos, il n'y a que 40 minutes pour accéder aux premiers temples (12km environ). Le troisième jour, nous prenons une moto-taxi avec chaufeur (location de moto interdite sur le site, officiellement dû au trop grand nombre d'accidents causés par les touristes, mais la raison est probablement pour ne pas ruiner les taxis ;-) ) La moto-taxi ne coûte que 8 dollars la journée.
8H : premières visites. C'est à ce moment que nous sommes le plus efficace dans les visites, grâce à la fraîcheur.
11H : début des grosses chaleurs. Nous recherchons par tous les moyens un peu de fraîcheur à l'ombre des temples, mais l'état des ruines pour certains temples limite assez l'ombre disponible.
13H - 14H : c'est le pic de chaleur. Souvent, on prend un moment pour manger un peu dans un des "buibuis" qui parsèment les entrées des temples et on en profite pour faire une petite sieste après l'heure matinale du lever.
16H : il recommence à faire meilleur. La fin de journée approche (déjà!), on termine souvent par Angkor Vat qui, au coucher du soleil, rougit.
18H : on rentre. La nuit est déjà tombée lorsque l'on rentre à vélo à Siem Riep.
19H : douche bien méritée, après les litres de sueurs évacués et les 6 litres d'eau engloutis dans la journée.
19H30 : resto. On en profite pour choisir des restaurants "occidentaux". La nourriture Cambodgienne est de plus en plus difficile à avaler. Nous n'avons pas de chance pour le premier soir : les pizzas à 7.5 dollars (le plus cher repas depuis le début) sont dégueulasses. Par contre, le steak-frites le lendemain est excellent (j'en profite pour prendre un burger et je crois que je ne me suis jamais autant régalé avec un "banal" burger). Du coup, le lendemain, nous y retournons pour prendre des pâtes qui sont tou aussi délicieuses (relativement bien sûr, à notre envie de manger quelque chose de différent de la cuisine cambodgienne).
21H : coucher. A part pour le premier soir où nous avons pris du temps de mettre les photos sur Internet. Nous prenons l'habitude de nous coucher tôt pour être en forme le lendemain.
  Pendant les visites, à la sortie de chaque temple, nous sommes assaillis d'enfants vendant des cartes postales, livres (même le Lonely Planet, notre guide), vêtements... J'achète des cartes postales, Lise achète une robe (cf photos disponibles prochainement) et un sac à main style cambodgien (du moins, j'espère). Nous entendons même une petite fille, tenant un bébé dans les bras, nous dire "buy baby?", cité 2 fois après lui avoir demandé de répéter, ayant peur d'avoir mal entendu.
Surprenant aussi, un flic, voulant vendre son etui de police pour 10 dollars, puis récidivant avec son écusson qu'il porte à la chemise. Peut-être pour nous coffrer après, ou alors juste pour se faire un peu d'argent supplémentaire.
  Ce matin, nous partons à 7 heures de la "guesthouse" pour la station de bus. Le bus part à 7H30. Si tôt le dimanche matin, nous assistons à 2 cérémonies de mariage à Siem Riep!
  Bien sûr, nous avons les deux dernières places dans le bus, ce qui veut dire les deux places du fond où les bosses et autres nids de poule sont amplifiés à chaque fois, nous faisant décoller du siège par certains moments (sans déconner!). Une mère avec deux gamins sont à côté de nous (cf photos). La journée ne s'annonçait déjà pas très réjouissante. C'était sans compter les déboires que nous allions connaître lors du trajet.
Le petit gosse (peut-être 4-5 ans... il est difficile de donner un âge aux asiatiques) ayant envie d'uriner, la mère le fait "pisser" directement dans le bus sur le côté. Je n'en reviens pas.. pas besoin d'utiliser un récipient pour récupérer le liquide jaune qui s'écoule par terre dans le bus.
  Tout d'un coup, un violent coup de frein nous projète à l'avant, suivit par une très grosse secousse dans le bus. J'ai à peine le temps de regarder par le parebrise arrière pour essayer de discerner sur quel animal nous avons roulé. Je commence à m'effrayer lorsque, dans l'épais nuage de poussière, il me semble apercevoir un animal... avec une chemise blanche! Ce qui signifiait bein que ce n'était pas un animal, mais bien un homme que nous avions percuté!
Le bus ne s'arrête pas. Par la suite, j'apprends qu'il n'est pas bon de s'arrêter tout de suite pour venir en aide, au cas où un autre homme aurait une arme et qu'il vienne à s'en servir pour une vengeance rapide! Il est toujours préférable de s'arrêter bien plus loin, à un poste de police!
Nous nous arrêtons à un "mini resto", 5 minutes plus loin, et nous descendons du bus. On nous apprend que l'on a bien percuté un motocycliste (en scooter ou équivalent). Le motard ayant été éjecté et la moto étant passée sous les roues du bus. A moins que ce ne soit l'inverse! De toute façon, l'issue est la même pour le motard. Le bus roulait entre 80 et 90km/h, peut-être 60 km/h après le coup de frein.
En France, nous parlerions d'un chauffard en bus ayant percuté un pauvre scooter, ou bien ayant fait un mort. Ici, c'est l'inverse : on parle plutôt du pauvre chauffeur de bus qui a percuté un scooter, qui, malheuresement, n'avait pas regardé si la route était libre avant de faire demi-tour sur la route nationale. Et je suis bien du second avis. Combien de fois nous voyons des scooters s'engager sur la nationale sans regarder si la voie est libre, en se fiant juste au klaxon des camions, voitures ou bus pour indiquer qu'ils doublent. En effet, ici, le moyen d'alerte pour prévenir d'un dépassement est le klaxon, aucun scooter n'ayant de rétroviseur. Ils ne fient qu'au son... alors il ne faut pas s'étonner des conséquences... après coup. Il n y a plus de véritable moyen d'alerte lorsque des états d'urgence comme celui-ci surviennent.
La suite de l'histoire est toujours la même. Le bus est confisqué tant que la compagnie d'assurance n'a pas payé une partie de la somme due (2000 dollars nous a-t-on dit). Du coup, un autre bus est affrêté de Phom penh. D'où les 5 heures de retard. Nous attendons au restaurant et discutons avec les autres voyageurs. Le conducteur est déjà reparti avec le second bus qui nous suivait (pas besoin de rester sur les lieux pour se prendre une balle..;-) )
    Nous rencontrons de ce fait deux belges partis juste pour deux semaines. Arrivés à la capitale (avec beaucoup de bouchons puisqu'il n y a qu'une seule voie sur cet unique moyen d'accès), nous prenons un Tuk-tuk pour le quartier des "guesthouses", bien tranquillement installé près d'un lac. 2 dollars la nuit avec salle de bains à l'intérieur, c'est notre record absolu!!
A demain.
Lise (qui est déjà couchée) et Nicolas.

Recit précédent - Recit suivant
Un commentaire sur la page? Un conseil à donner? N'hésitez pas!
Envoyez moi un petit mot et je l'insérerai dans la page. Ou Signez le livre d'or !!!
Optionnel : Nom Email  

Last modified : December 16, 2005 18:37


Divers : Liens vers autres sites, Webmasters, échange de liens, FAQ, Nous écrire
- S'inscrire à la mailing liste