Tribu Masai au Kenya. Cliquez pour agrandir


Bienvenue au 1939505 ème voyageur depuis Jan 04. Connecté : 1
Retour de Sicile en Octobre 2007, les photos !!

Laguna Verde a la frontière chili-bolivie - Cliquez
Page des Nouveautés sur le site
Qui sommes nous?
Albums tour du monde et précédents voyages
Carnet de voyage
Infos pour le tour du Monde : Objectifs, Itinéraire, Budget, Billets d'Avion, Formalités, Assurances, Internet
Infos pour préparer un voyage : Equipement, Santée, En cas de Besoin, Garder contact, Visas, Sécurité, Santée
Bilan de notre tour du Monde, notre retour en france, Partage de notre experience des voyages
Iles Uros sur le lac Titicaca (pérou) - Cliquez
Invitation aux voyages - Infos générales sur la culture de différent pays
Accueil
Nos pays, sites, endroits préférés, Nos coups de coeur, les meilleurs moments et les piresCartes, plans, informations des parcs NationauxNotre récits de Week-end autour de NiceNotre retour du de voyage du Tour du Monde, Installation à Nice, premiers mois, Changement de personnalitésInternet, Ordinateurs : cybercafés pour garder contact, stockage des photos numériques, comment créer et mettre à jour son site Internet?Livre d'or - Ecrivez nous un mot!Budget par pays pendant un tour du MondeComment voyager dans le Monde, la meilleure façcon
Chercher dans le site

Carnet de voyage : Chili

Santiago, Valparaiso, et traversee des Andes pour l argentine - 15/11/2004

Bien, après avoir traversé le Pacifique en plusieurs étapes, nous voici arrivés en Amérique du Sud à Santiago du Chili depuis lundi 8 novembre. Un peu fatigués par les décalages horaires successifs, nous sommes restés 3 nuits à Santiago et avons pris notre temps pour récuperer de ces 3 mois en Océanie. Arrivée à Valparaiso, surnomée un peu trop élogieusement "la perle du Pacifique", depuis jeudi, apràs une visite un peu décevante de la ville sous la pluie, on attend une journée que le col pour passer en Argentine se dégage pour aller à Mendoza. Finalement, la traversée des Andes vers l'Argentine est de toute beauté et pleine de surprises.

5 heures d'avion de la Nouvelle-Zélande jusqu'en Polynésie Française, et seulement 2 heures de décalage horaire, ou plutôt 22 heures de mois à la montre (gain d'une journée en conséquence) nous étions exactement aux antipodes +12 heures par rapport à la France avant votre changement d'heure qui a réduit le décalage horaire à 11 heures. Puis 4 heures 30 d'avion de nuit, une courte nuit, départ à 1H00 et arrivée à 11H00, soit 5 heures de décalage horaire à nouveau. Nous avions du mal à nous lever le matin, et ce n'est pas fini, à nouveau 4 heures d'avion pour 2 heures de décalage à nouveau ce qui fait un décalage avec la France de seulement -4 heures. Que cela fait drôle, on se sent tout près du retour.

Arrivée à Santiago avec un ciel mi-couvert, ce qui nous laisse apercevoir la neige sur la Cordièllere des Andes. Que cela fait du bien de retrouver des montagnes aussi magnifiques après notre ancien voyage au Pérou et en Bolivie.

Le soleil se couche à 20H30 ici et il fait noir à 21H00, mais le premier jour, ce sera quand même dans la nuit que nous arriverons à un hôtel complet. Nous nous rabattons sur la résidence Viki, où on nous renvoie sur une autre maison pour obtenir enfin une chambre pour deux. Ce n'est pourtant pas un dortoir mais la chambre que l'on aura pour les 2 jours suivants est sympa (et avec la télé) et TV5 pour se remettre un peu dans le coup des actualités françaises. La chambre est à 12 000 pesos pour une peu moins de 120 francs (740 pesos = 1 euro = 6.55FF).

Nous avons pris notre temps à Santiago, difficile de se lever aux heures auxquelles nous avions l'habitude en Asie (7H00 en moyenne) ou Australie (6H00) : les 2 premiers jours à 10H30 et 10H00 puis 9H00 les jours suivants, à part hier où on s'est forcés à nous lever à 8H00 pour essayer de se recaler aux heures chiliennes et ce matin, à 6H45 pour prendre un bus mais en vain, à cause des intempéries des jours précédents.

Les journées : un peu de lecture de mails qui nous a pris pas mal de temps depuis que l'on avait délaissé internet depuis 3 semaines et plus. Un monsieur dans la rue, ayant pitié de Lise, lui répare ses tongues. On en profite pour se balader dans le centre, quartier le plus animé de la ville, où les commerces foisonnent. C'est agréable car le temps est très clément : T-shirt et short, entre 18 et 26 degrés). Les gens sont de sortie, c'est quasi l'été ici.

On en profite pour acheter un nouvel appareil photo. Eh oui, chose incroyable, après avoir passé les 6 mois en Asie sans se le faire voler, descendre à -5 mètres dans une pochette semi-étanche (il avait pris l'eau en Indonésie), puis, prendre une photo en courcircuitant 2 contacts avec un tournevis depuis la ville de Surfeur Paradise en Australie, on se le fait piquer sur Yuahine en Polynésie Française par un malheureux excès de confiance, ne coûtant plus grand chose, à part pour nous, pouvoir prendre des photos. On l'a laissé sur une plage en faisant du snorkeling et voilà.... du coup, on a cherché pour en acheter un autre à Santiago, mais ici, c'est pas Singapour où les prix battaient tous les records. Ici, il faut compter un 10-30% en plus par rapport à ce que j'ai pu voir sur la Fnac online ou sur internet. Après avoir bien couru parmi les différents vendeurs, dans les grands magasins ou le Kodak express du coin, on a finalement acheté un appareil un peu plus performant que le dernier à 157 millions de pesos, soit un peu moins de 1500 FF pour un Samsung 370, zoom opt x3, 3M de pixels. Voilà pour les détails. On voulait au début en acheter un pas trop cher car on n'utilise généralement que peu de pixels (1.2M) en envoyant les photos sur internet, il faut que celles-ci ne soient pas trop grosses. De plus, on n'utilisait pas le zoom sur l'ancien, et pour les belles photos, j'utilisais mon Reflex. Mais que cela ne tienne, on espère bien qu'il nous durera juqu'à la fin du voyage et qu'on l'utilisera aussi une fois rentrés. Du coup, on a mis un peu plus cher que prévu. On a acheté aussi 2 cartes 128Mb au rayon ordinateur à très bon prix : ici 20 000 pesos soit 2x moins cher que ce que l'on peut voir au rayon photos.

Mine de rien, même si ce petit achat nous a pris un peu de temps (2 petites après-midi), c'est agréable de se balader dans les rues piétonnes du centre de Santiago où tout est animé, les gens de sortie, les rues sympa et propres, cela nous a finalement plu. En prenant notre temps et flânant à gauche, à droite...

Le soir pour manger, nous sommes revenus 3 fois successives à notre "cantine" près de l'hôtel. C'est un endroit très prisé et tous les soirs, toutes les tables sont quasi pleines, au moins 15 serveurs pour servir tous le monde. C'est très bon, et à un prix raisonnable surtout depuis que nous nous faisions à manger, cela change d'aller enfin au resto et se faire servir.

On fait un peu les riches, on doit vous l'avouer. Non pas par l'accoutrement, en short, polaire et chaussures de rando aux pieds, mais par nos commandes, à chaque fois, une bouteille de vin chilien sauf le premier soir où on a pris 2 très bons coktails. Quand la bouteille de vin coûte moins de 2000 pesos (20 FF), difficile de ne pas résister. En France, vous n'avez qu'un verre! Bref, on s'est pris des additions de 110 000 pesos pour 2 (100 FF) : très bon repas pour prix très raisonable.

A valparaiso, c'est plutôt une pizzeria où nous sommes allés 2 soirs : très bonne pizza et très bonnes lasagnes, car la famille est mi-chilienne, mi-italienne et ils ont travaillé 15 ans en Italie à la frontière française. En Argentine, un resto espagnol avec une très, très bonne paëla pour 2. Il n'y a rien à dire, quand vous allez au resto recommandé par le Lonely Planet et que vous avez un bon pouvoir d'achat, vous pouvez vraiment vous régaler pour 2 fois moins cher à peu près!!

Valparaiso, un gros port chilien à 2 doigts de Santiago. Pour nous, cela pourrait être une très jolie ville, mais nous la trouvons un peu crade, des façades un peu noires, des batiments ignobles en plein milieu des batiments de la Renaissance. Les couleurs de la zone résidentielle sur les hauteurs, identique. On a visité une très trois maisons de Neruda, romancier chilien célèbre ayant remporté le prix Nobel de littérature. Où que vous soyez dans la maison, vous avez une vue magnifique sur la baie de Valparaiso. Un attrait de la ville, monter les ascenssors (ascenseurs) pour accéder au cerros (hauteurs) de la ville. C'est sympa une fois, mais quand vous avez fait la soit-disante plus belle vue sur la baie avec le port maritine au gros conteneurs embarquant sur les bâteaux, ça déchante un peu. Bref, nous avons été un peu déçu de la ville et attendre là 1 jour de plus le temps que le col s'ouvre ne nous a guerre enchanté.

Vina del Mar, sous une pluie continuelle. Alors que c'était couvert le premier jour à Valparaiso, et ensoleillé le dernier jour, cette ville beaucoup plus chic, luxueux hôtels et immenses batiments résidentiels avec la plage en face du port, ne nous a guerre plu davantage. Parapluie à la main, on a essayé de trouver une librairie afin d'acheter un livre d'apprentissage de l'espagnol en plusieurs leçons, mais en vain. On peut apprendre toutes les autres langues sauf l'espagnol...

Justement, à propos de la langue, ce n'est pas facile de communiquer, de connaître les prix, de négocier aussi (ce que nous faisions toujours en Asie, j'ai complètement perdu l'habitude ici) avec un niveau d'espagnol n'excédant pas le milieu de 6ième scolaire. Heureusement que nous avions fait un effort lors de notre précédent voyage pour apprendre quelques mots. Certaines bribes de phrases reviennent, mais quand on ne sait même pas conjuguer un verbe au présent, ça craint, alors on fait des tournures du genre : es possible que +inf ...?, es + qualificatif, ... bref. J'encourage quiconque voulant venir en Amérique du Sud de se mettre un peu à l'espagnol en prenant quelques cours (même avec un livre et des cassettes). Justement, Lise est partie en ce moment faire le tour des librairies afin d'être enfin capable de décliner un verbe correctement en espagnol.

La connexion internet est très peu chère, à la fois au Chili (350 l'heure) et en Argentine (1.2 pesos l'heure), et très rapide. J'ai pu décharger les photos sur le site. A Mendoza, c'est probablement le plus rapide que je n'ai jamais vu (120kb/sec), et ils ont pu me fournir un lecteur de carte SD.

Voilà, nous avons attendu 1 journée de plus à Valparaiso pour pouvoir passer les Andes et aller en Argentine. Probablement la pluie à Vina del Mar s'est-elle transformée en neige sur les Andes. Nous avons failli prendre directement un bus pour Puento Montt (descendre vers le sud côtéé chilien) mais finalement, on a laissé une chance de plus à Mendoza et nous ne l'avons pas regretté. Le seul truc que nous regrettons, c'est de ne pas rester plus de temps autour de Mendoza à Puenta del Inca, tellement c'est joli, mais bon, nous voulons être à Puento Montt lundi prochain afin de prendre le bateau vers le sud (1 seulement toutes les semaines).

Donc à Valparaiso, on s'est levé 2 fois de suite aux aurores, 6H45 (que c'est tôt pour nous!) pour aller à la gare routière à 7H30, le premier matin pour nous entendre dire qu'il n'y a pas de bus pour Mendoza à cause de la neige, le deuxieme pour nous entendre dire que tous les bus sont complets pour la journée!!! Quelle déception, et quelle bêtise des filles aux guichets pour ne pas nous avoir prévenu qu'il n'y aurait certainement plus de place. Du coup, nous avons pris un bus pour Los Andes, au pied des Andes, pour 2600 pesos et 2 heures 30 de route. Et bonheur, on a trouvé un bus à 10H45 pour Mendoza. A ce moment, on rencontre un Québéquois un peu dans le même cas que nous (il cherche un bus mais veut aller à Portilo pour voir la station de ski).

La traversée des Andes entre Santiago et Mendoza vaut absolument le coup, même sous les nuages!!! Du côté chilien, on retrouve les grandes montagnes impressionantes, massives, mais du côté argentin, les couleurs, l'aridité, les canyons sont complètement à tomber par terre (expression de Lise dans le bus). Déjà le passage du col se fait par une danse des camions le long de la route aux lacets très courts 200-500 mètres. Effectivement, le col était fermé pendant 2 jours alors la journée de la réouverture, il y a des bouchons!! Une file de camions pendant plusieurs kilomètres s'enchaîne, la neige au bord de la route. Le bus, pas de problème, il double les camions arrêtés dans la montée créant aussi des bouchons lorsque l'on croise d'autres bus. Un long tunnel permet de ne passer au maximum qu'à 3800 mètres d'altitude. Il commence même un peu à neiger. Passage de la douane entre l'entrée du parc de l'Aconcagua, le plus haut sommet d'Amérique, complètement dans les nuages, et Puento del Inca. C'est là où nous voulions nous arrêter, mais les conditions météo sont telles que l'on ne voyait pas grand chose, inutile de passer une nuit là. A la douane, beaucoup d'attente (une dizaine de bus devant nous), 1 heure 30, le plus long passage à la douane, dans un grand engard froid à 2800 mètres d'altitude. Un peu lamentable surtout que les gens ne sont pas habillés pour cette altitude.

Le ciel s'est éclairci par la suite pour les derniers 170 kms. Des paysages magnifiques, grandioses. La Nouvelle-Zélande est bien loin et bien petite. Les côtés des canyons sont colorées jusqu'à 7 couleurs et je veux bien le croire. Un peu les paysages arrides de la Bolivie mais plus escarpés encore. Nous sommes bien arrivés en Argentine, moment tant attendu.

Dommage que ce soit passé si rapidement, Mendoza est déjà dans la plaine à 700 mètres d'altitude, entourée de ses vignes, c'est le premier producteur de vin d'Argentine. On en profite aujourd'hui pour faire une dégustation à la Bodegas escorihuela.

Ce soir, nous prenons un bus de nuit pour Neuquen, plus au sud, pour rejoindre ensuite la région des lacs argentins.

A bientôt.

Lise et Nicolas.


Recit suivant
Un commentaire sur la page? Un conseil à donner? N'hésitez pas!
Envoyez moi un petit mot et je l'insérerai dans la page. Ou Signez le livre d'or !!!
Optionnel : Nom Email  

Last modified : December 16, 2005 18:37


Divers : Liens vers autres sites, Webmasters, échange de liens, FAQ, Nous écrire
- S'inscrire à la mailing liste