Tribu Masai au Kenya. Cliquez pour agrandir


Bienvenue au 1928400 ème voyageur depuis Jan 04. Connectés :3
Retour de Sicile en Octobre 2007, les photos !!

Laguna Verde a la frontière chili-bolivie - Cliquez
Page des Nouveautés sur le site
Qui sommes nous?
Albums tour du monde et précédents voyages
Carnet de voyage
Infos pour le tour du Monde : Objectifs, Itinéraire, Budget, Billets d'Avion, Formalités, Assurances, Internet
Infos pour préparer un voyage : Equipement, Santée, En cas de Besoin, Garder contact, Visas, Sécurité, Santée
Bilan de notre tour du Monde, notre retour en france, Partage de notre experience des voyages
Iles Uros sur le lac Titicaca (pérou) - Cliquez
Invitation aux voyages - Infos générales sur la culture de différent pays
Accueil
Nos pays, sites, endroits préférés, Nos coups de coeur, les meilleurs moments et les piresCartes, plans, informations des parcs NationauxNotre récits de Week-end autour de NiceNotre retour du de voyage du Tour du Monde, Installation à Nice, premiers mois, Changement de personnalitésInternet, Ordinateurs : cybercafés pour garder contact, stockage des photos numériques, comment créer et mettre à jour son site Internet?Livre d'or - Ecrivez nous un mot!Budget par pays pendant un tour du MondeComment voyager dans le Monde, la meilleure façcon
Chercher dans le site

Carnet de voyage : Indonesie

Les plus impressionants volcans de Java et la touristique Bali - 17/07/2004

Ces derniers jours sont caracterisés par les jours de l'extrême. Que de moments forts nous avons vecus!
Après avoir savouré des paysages volcaniques spectaculaires et enduré à nouveau les transports locaux, nous voici arrivés à Bali, où nous avons pu nous rendre compte comment l'ancien tourisme de masse a transfiguré cette île magnifique.

C'est probablement l'une des vues les plus magnifiques de notre voyage qui nous attendait au lever du soleil (5H30 du matin) sur l'ensemble des volcans incluant le Mont Bromo. Du haut de la montagne Penanjakan (2770m), on jouit au lever du soleil d'un paysage absolument spectaculaire, un ensemble de cratères illuminés par les rayons rouges du soleil levant, dont un se démarque plus particulièrement, le mont Bromo qui crache encore sa fumée (il a explosé il y a quelques mois faisant quelques morts). Le tout est entouré d'une mer de sable extrêment aride. Au lever du soleil, cette mer de sable est recouverte de brume matinale. Le désert est contenu dans un énorme cratère. Le plus haut volcan de tout Java (3676m) fait office de toile de fond rejetant périodiquement un nuage de fumée ardente formant un champignon qui se déplace grâce au vent. C'est le point de vue le plus invraisemble de notre voyage, on se croirait sur la lune.

C'est probablement la chose la plus impressionnante de notre voyage. Le mont Ijen ne paie pas de mine au loin, d'autres volcans aux alentours sont bien plus hauts que lui, mais le fond du cratère est la chose la plus insolite que nous ayons jamais vue. Un magnifique lac bleu repose au fond de l'immense cratère. Des brumes de gaz se déplacent au raz de l'eau (je pense que c'est plutôt de l'acide, je n'y ai pas mis mon doigt). Sur les flancs sont disposés des tuyaux d'où sorte une énorme fumée de souffre afin de récupérer le précieux minerai. Le souffre liquide de couleur marron coule des tuyaux formant des petites marres de souffre encore en ébulition. La température doit être extrême (quelle est la température d'ébulition du souffre?). Toutes les pierres sont recouvertes de jaune (couleur du souffre). Les travailleurs du souffre ne sont pas en activité en ce moment, à cause des signes avant-coureurs d'explosion du cratère. Le lac est monté anormalement de 40 cm.

C'est aussi l'aventure la plus dangereuse de tous nos péripéties, mais ouf! nous sommes toujours là pour le raconter (faut pas le dire à nos parents). L'ensemble est bien sûr strictement interdit d'accès, mais les guides continuent de proposer l'ascension jusqu'au cratère (1 heure). Par contre, il est strictement interdit de descendre au fond, mais comme d'autres Français (d'un voyage organisé "aventure et volcan" l'ont fait avec des masques à gaz (un filtre actif est disposé sur l'air inspiré), et aussi 2 Belges, nous avons décidé de tenter le coup. Nous avons humidifié nos bandanas pour mieux filtrer l'air et avons attendu que le vent soit du bon côté. Le guide ne nous a pas suivi. Le plus dangeureux était la fumée de souffre qui risquait de nous prendre si le vent tournait, et il tournait irrégulièrement toutes les demi-heures.

Juste le temps de descendre jusqu'au fond en pressant le pas et d'admirer tout ce qu'il y a à voir. De la pierre, sans aucune végétation, certaines jaunes entamés par le souffre. Des sacs de souffre sont laissés là, de part et d'autre du chemin. Le vent tourne alors que nous sommes au fond, ce qui nous bloque pour la remontée, mais l'endroit où nous sommes est relativement sans danger. Au bout de 10 minutes, le vent tourne de nouveau dans l'autre direction, ce qui nous permet d'effectuer l'ascension. Une montée rapide, peut-être de 100 à 200 mètres, soit une demi-heure environ. 5 minutes après être à nouveau en haut du cratère, le vent tourne, ce qui renvoie la fumée toxique sur le chemin d'accès. Je ne sais pas si nous avons eu de la chance ou pas, mais le spectacle au fond du cratère du volcan actif est la chose la plus insolite, inimaginable que je n'ai jamais vue.

Ce sont probablement les mensonges les plus délirants que nous avons entendus... écoutez ça!

D'abord à Yogakarta : demain, c'est l'anniversaire du sultan, donc un grand festival est en préparation, où l'exposition se termine aujourd'hui donc il faut à tout prix y aller avant le soir (le tout pour nous faire acheter des batiks, toiles peintes des 2 côtés et typiques de la ville). Ensuite sur les horaires des bus. Nous avons complètement été trompés (et probablement trop naïfs), sur un trajet en bus touristique trop alléchant : départ à 9H00 de Yogakarta et arrivée vers 16-17H00 de l'après-midi à Seromo Lawang au pied du Bromo, 18H00 max nous avait-on dit. Nous sommes finalement arrivés à 22H00 à destination. Nous hésitions sur l'option train (jusqu'à Surabaya, 5h00) plus bus local, dont le trajet était plus long que celui du bus annoncé, mais aurait été bien moins long que le temps réellement effectué (les trains sont plus rapides que les voitures en Indonésie, ce qui n'est pas le cas en Chine grâce aux autoroutes). Finalement, nous changeons de bus à une agence touristique qui propose une jeep pour le mont Penanjakan (juste ce que nous voulions faire le lendemain) et arrivée à une heure aussi tardive, il est impossible de choisir, comparer et négocier les prix. De plus, la jeep part de l'hôtel de l'agence, impossible de choisir aussi l'hôtel. Nous sommes entièrement pris dans la boucle de l'agence. Finalement, nous nous en sortirons en prenant le bus local (2 fois plus long soit-disant par les personnes de l'agence, mais finalement faux à nouveau, 1h30 de descente et non 2h00), seulement un autre bus touristique pour le retour sur Probolingo.

Ce sont aussi les arnaques les mieux tournées. D'abord pour 2 autres Français, qui se sont vus proposer 2 places dans une jeep pour 75000 par personne alors que nous avions loué une jeep pour 150 000 roupia à 4 (soit 2 fois plus cher), mais encore, alors qu'ils demandaient le remboursement de leur argent pour monter dans notre jeep (nous aurions partagé à 6 la jeep que nous avions louée initialement à 4), il était impossible pour eux de monter dedans pour une raison complèment inconnue si ce n'est que le patron très en colère perdait 150 000 roupie. Il ont dû finalement payer leurs 150 000 roupia à nouveau. C'est invraisemblable.

A notre tour aussi pour les arnaques : arrivés à la station de bus de Probolingo, nous demandions le bus pour Bondowoso et on nous renvoie finalement à un "tourist information" pour acheter des billets à prix exorbitants : 35 000 negociés finalement à 50 000 alors que le prix de la place pour une personne qui venait de 2 fois plus loin était de 8000 roupia. Le pire, c'est que tout le monde dans la station de bus était de connivence, car tout le monde nous a renvoyés vers ce #$%%$@# d'agence. En Indonesie, tous les billets , sauf pour les bus longues distances à places numérotées, s'achètent dans le bus. Dans ce cas, il faut sortir de la station et attendre à l'extérieur sur la route du bus pour monter dedans et acheter le ticket au prix local!! Le pire aussi, c'est que c'était indiqué dans notre guide et dans le guide du routard, mais nous ne pouvons pas tout lire.

Ce sont probablement les plus hautes vagues jamais vues, alors que le temps était tout à fait clément. Le ferry reliant Java à Jakarta, gros bateau de 50-100 de long, est obligé de naviguer en triangle afin de ne pas se prendre de côté les grosses masses d'eau qui, du pont du bateau, semblent d'une puissance monstrueuse. Il faut dire que l'Indonesie est réputée pour ses très hautes vagues. D'ailleurs, aujourd'hui, nous sommes allés surfer et malheureusement, les vagues s'étaient bien calmées par rapport aux autres jours, ce qui nous a un peu dégoûté. Cela ne nous a pas empêcher de faire des roulaux lorsque la vague se brise sur nous.

C'est probablement Bali où l'(ancien) tourisme de masse a le plus transfiguré cette île, et plus particulièrement Kota, là où les bombes ont explosé il y a 2-3 ans provoquant une chute du tourisme de 40-50 %. C'est là que la corruption apparaît le plus : alors que nous voulions changer d'hôtel, pour 200 mètres, j'emmenais Lise et Fanny sur le scooter (les locaux s'ont alègrement 3-4 personnes sans casque sur les petits scooters), et c'est juste après 100 mètres que nous nous faisions arrêter par la police qui nous demande d'aller à la Cour de Justice pour celle infraction (bizarre, ce n'est pas un délit). Cela coûte 200 000, ou alors, nous pouvons payer sur place, le même prix, nous n'avons pas besoin d'aller à Denpasar et de perdre une demi-journée pour aller à la Cour de Justice et les 200 000 partent directement dans la poche du flic. Finalement, nous payons 180 000 (soit 18 euros), sans reçu bien sûr. Cela me libérait, il ne faut pas rigoler avec les policiers qui ont beaucoup de pouvoirs et de relations dans l'Administration dans ce genre de pays. Heureusement que j'avais mon permis international avec la mention moto dessus. Fred a eu de la chance que je lui rappelle qu'il fallait passer un permis moto pour conduire ici : il vous le délivre en 5 minutes (juste pour prendre une photo et pas besoin de démmarrer une seule moto pour avoir son permis pour un mois ici, il faut juste débourser 150 000 rp. Quel pompe à fric!! Mais il paraît que les locaux subissent la même chose, car le permis à vie est bien trop cher.
Sur la route du retour, 2 touristes probablement dans le même cas que moi étaient en grande négociation avec mes copains policiers. Pourtant, à Java, à un control routier pour aller à Imogiri, aucun problème du tout, un permis B français suffit!!

Nous donnons notre plus gros pourboire, 60 000 soit 6 euros sur un montant 300 000. Le guide est extrêment sympathique, ce qui rend Lise et les amis encore plus méfiants mais sans juste titre. Il nous explique les plantations de café (là où nous avons dormi avant de faire le mont Ijen, nous assiste pour le cratère Ijen (il n'est pas utile mais c'est obligatoire).

Voici le récit :

Après avoir mal choisi notre moyen de transport pour atteindre le Bromo à partir de Yogakarta, nous arrivons, nous deux ainsi que Fred et Fanny, complètement crevés à 22H00 à Seromo Lawang, au pied du Bromo, où nous revoyons les deux Français à Yogarkarta qui avaient fait le même trajet dans un autre mini-bus. Ils étaient arrivés 1 heure plus tôt car partis à l'heure (nous étions partis 1 heure plus tard car nous avons visité la ville pour aller chercher d'autres personnes puis retourner dans la rue où ils nous avaient prix 1 heure plus tôt.

Lever à 3H30, départ à 3H50. J'oublie mom appareil photo et le chauffeur fait vite demi-tour. Notre chauffeur est un rapide, il double tous les autres 4x4 dans la mer de sable en pleine nuit. On se serait cru au Paris Dakar. Arrivée au mont Penanjakan où nous attendait une moulte de warongs pour nous vendre café (il ne fait pas chaud là haut, cela fait du bien), et boutique souvenir. Une horde de touristes arrive. Ils ont tout prévu : des gradins sont disposés pour admirer le lever du soleil. Il y a tellement de monde qu'il est impossible de discerner d'autres Français que nous croiserons au Mont Ijen le lendemain. Tout le monde se précipite pour voir le lever du soleil, mais le plus beau est le panorama sur le Bromo, mais je vous en ai déjà parlé.

A 6H00, on redescend au pied du volcan encore actif. Que des jeeps qui attendent. Des chevaux sont proposés pour l'ascension du cratère pour 10 000 (15 minutes à pied sinon, ce que nous faisons). On nous avait dit que le volcan était fermé (dû à son éruption il y a quelques mois), mais semble-t-il, il a été réouvert. La vue de près sur le volcan est très jolie, mais sans comparaison avec celle en haut du Penankakan. Cependant, nous faisons le tour du cratère (Lise et moi), la vue avec le volcan endormi et la mer de sable derrière est tout de même impressionnante. De la cendre récente est encore déposée sur les flancs du volcan.

Nous repartons à 9H00, prenons une douche, un petit déj' à l'hôtel, et départ en transport local (7500 la descente sur Probolingo, 10 000 le bus touristique proposé mais nous en avions déjà assez avec le jour précédent). Arrivée à 11H45, changement de bus pour Bondowosso où nous nous faisons arnaqués sur le prix. Et en plus le bus est en retard d'une heure : départ à 12H45 au lieu de 12H00 alors qu'il y a soit-disant des bus toutes les 40 minutes...?! 2h30 de trajet, non, encore un mensonge, c'est plutôt 3h00-3h15. Une dame nous indique qu'il y a des mini-bus pour Sempol près du mont Ijen que nous faisons le lendemain. C'est le bonheur pour nous.

Maleureusement, nous arrivons bien trop tard pour prendre le dernier à 15H00 (il était 17H15). Un gentil guide, parlant très bien anglais juste après 4 ans d'apprentissage, nous acoste. Mais nous sommes très, très méfiants car, à chaque fois, c'est une arnaque. Je demande à droite - à gauche dans la station de bus, tout le monde me renvoie vers lui. Ceci dit, il donne des informations (à confirmer, comme toujours) pertinantes. 200 000 pour monter à Sempol pour 4, puis il faut payer 25 000 chacun pour une moto-taxi, pour aller au départ de l'ascension pour le mont Ijen, et malheureusement, il nous annonce qu'il est interdit de dormir là-bas (cela s'appelle Palusting) à cause des fumées de souffre. Très surprenant (ce qui, en fait, ne l'est pas du tout pour nous), il nous propose l'aller-retour pour 250 000 et il fait guide en mme temps. Son nom est Sam. Ou alors, 350 000 et il nous dépose ensuite pour le ferry. Nous sommes très, très méfiants et il s'en rend compte. Nous négocions à 300 000, ce qu'il accepte immédiatement (cela nous parait vraiment bizarre pour une journée entière, car le prix est vraiment pas faible. Pensez à la jeep que nous avons louée, chauffeur uniquement à 150 000 pour trois heures et nous avons fait 20 kms max). Nous négocions de payer 50% avant et 50% après. Nous ne payons que 50 000 pour l'essence, et payons le reste au ferry.

La route pour la montée sur Sempol se fait de nuit malheureusement. Des poste gardiens sont disposés sur la route afin de protéger les plantations de café très convoitées. Arrivée vers 19H00-19H30. Au plein milieu d'une plantation, notre hôtel, assez cher, ne paie pas de mine. Il manque même la douche chaude pour Fred et Fanny. Le repas est cher et moyen, enfin comme tous les repas locaux indonésiens. Le soir, le patron nous fait chier pour payer tout de suite alors que nous étions sur le point de dormir à 21H00 afin d'être en forme le lendemain. Lever à 17H15, on nous sert le breakfast dans une boîte pour manger sur la route à 17H30, le soleil est déjà levé. Nous faisons un tour dans le jardin et admirons les volcans sur la fabrique du café. Les autres d'"aventure et volcan" sont partis depuis 3 heures du mat'. Nous nous arrêtons maintes fois, pour sympathiser avec les habitants qui récoltent les grains de café avec un seau et leur échelle, 400 le kilo de café récolté (j'en profite au passage, 20 000 000 pour 1 hectare de riz à Java).

Nous nous amusons même à récolter avec eux le café tant prisé. C'est tout à fait authentique, très intéressant. Nous nous arrêtons à la rivière du lac du mont Ijen : eau de couleur verte comme si quelqu'un avait rajouté de la menthe! Des maisons locales de type holandais (ancienne colonie anglaise) parsèment la route. Aussi, nous nous arrêtons pour un tour d'observation où nous avons un superbe panorama qui ressemble un peu à un paysage de savane africaine à cause de la végétation assez jaune ici et au type d'arbre. Les volcans sont en toile de fond, magnifique à nouveau.

Arrivée au poste de garde pour l'ascension, les tickets sont à 15 000, certains tickets sont à 20 000. On nous file des tickets à 2000. Imaginez où part l'argent! Le mont Ijen est, je le répète, sensationnel!! La descente sur la côte est aussi particulièrement magnifique, grâce à une superbe végétation de palmier/cocotier, et un ciel très bleu en altitude. Les trois volcans derrière nous sont tout à fait remarquables. Un endroit magnifique! Que de bonheur! Le minibus chauffe un peu dans la montée (de la fumée sort du moteur). La route est en très piteux état sur quelques kilomètres. Nous sommes obligés de descendre du minibus à deux reprises.

Notre guide et son chauffeur nous arrêtent à un resto local. Assez cher je trouve, les plats occidentaux à Bali sont au même prix et bien meilleurs. Surtout que le nasi goreng avec un oeuf (pris par le chauffeur) ne coûte que 50000 et avec un peu de poulet coûte 2 fois plus cher! De toute facon, c'est nous qui payons son repas ainsi que sa boisson et celle du guide. Je vous ai déjà raconté que dans certains restaurants, les pailles sont trop petites pour atteindre le fond de la bouteille de coca ou fanta. Ici, vous pouvez trouver du fanta à la cerise (j'en prends régulièrement). La menthe ou eau gazeuse uniquement.

Le ferry ne coûte que 3500, 1 heure. Mais ce sont les 3 heures de bus ensuite qui sont les plus pénibles. Prix initial 15 000, alors que c'est affiché 11 500. Pourquoi essaie-t-on tout le temps de nous arnaquer comme ça? Et ça continue ensuite!! Nous avons peur qu'à Denpasar, il n'y ai plus de bus pour pour Kuta, du coup, en 30 secondes, nous décidons de descendre du bus et de prendre un taxi pour 50 000 qui finalement nous réclamera 60 000. Pourquoi sont-t-ils tous comme ça? En plus, ils ne savent même pas la destination que nous demandions et nous avons dû le diriger nous même. Un comble!!

20H00, alors que nous pensions arriver vers 17H00. Décidément, les transports sont très longs ici, en Indonésie!! L'hôtel, peut-être l'un des moins chers, est un peu glauque et l'endroit où ils servent le petit déj' inclus dans le prix est trop petit. Du coup, certains s'assoient par terre. C'est aussi pourquoi nous décidons de changer d'hôtel. Nous louons de très vielles "motobikes" à deux rétros pour une fois (les scooters ici ont plus de rétros que dans les autres pays, ou des tout petits, mais ils ne s'en servent pas beaucoup plus (ils les mettent comme pour garder en profil aérodynamique). Fred va passer son permis moto. Heureusement, sinon, il aurait dû payer l'amende qui serait partie dans la poche du flic. Et c'est pour cela que j'emmène les 2 filles à l'autre hôtel à 200 mètres de là et que je me fais pincer par les flics. Quel bordel!

L'hôtel est très cher. A 85 000, les chambres sont aussi glauques mais il y a une piscine, à 125000 un peu de déco, mais trop cher. Je négocie ferme sur les chambre à déco à 85 000, après quelques minutes, ça marche : j'ai le deal. Je repars chercher Lise pour qu'elle donne son avis. Je me perds dans Kuta et je fais deux fois le tour dans les bouchons (heureusement que je suis habitué à la circulation parisienne, je double tout le monde. Y en a marre de perdre du temps). Finalement, je reprends Fanny à l'hôtel, retourne à notre ancien hôtel, retrouve Lise et Fred. Nous hésitons pour changer, car nous étions levés depuis 8H00 et nous n'avions encore rien fait à 11H45. Lise n'en peut plus, elle craque, je lui dis d'attendre sur la plage, je m'occupe du tout, un gars de l'ancien hôtel nous aide à déplacer les sacs et à porter Fanny. Pour ma part, un sac à l'avant et un sac à l'arrière, et c'est parti en moto pour le nouveau hôtel.

Le temps de manger, resto très bon, nous y sommes allés 3 fois sur 2 jours. Fred casse un plat la dernière fois, il nous le font payer 10 000 : quelle ingratitude, ils ne savent pas fidéliser le client.
Après-midi en moto, nous allons à l'aéroport (à 10 kms seulement) pour trouver un vol pour le Timor, peine perdue. Nous allons à la presqu'île sud de Bali où un temple repose en haut des falaises donnant sur la mer où les vagues se cachent. Très joli. Mais le coucher de soleil n'y est pas. Un temple indoux, mais pas très impressionnant, on ne peut même pas aller à l'intérieur. Ici, à Bali, pas de mosquée, mais l'hindouisme fait l'unanimité. La principale attraction pour les touristesce sont les singes : long tail maccaques. Une guide pas très professionnelle nous accompagne, mais ne sert à rien. Je lui ai pourtant dit de ne pas s'attendre à grand chose. Je lui file à la fin 1000 et 2000 de Fred, mais c'est déjà trop je trouve. Retour en 3/4 d'heure avec la nuit. On pique une tête dans la piscine, allons manger et allons nous coucher.

Aujourd'hui, journée plus tranquille, même si Lise et moi tournons encore pour trouver un vol. Fred et Fanny se reposent à la piscine, ils sont à la bourre aussi dans leur carnet de voyage. Nous allons à la plage, mais nous nous faisons influencer par les boutiques : 2 chemises (25 000 chacune) et un short de bain (15 000) pour moi, il était temps, je commençais à être à court. 2 sarongs (paréo, 1 à 20 000 et l'autre à 15 000 en plus de l'achat hier d'un à 15 000 sur la plage). L'après-midi commence à 15H00 à cause du marché et du resto. Fred et moi décidons de louer des planches de surf. Un gars sur la plage nous propose un prix : 300 000 pour 2 pour 2 heures (normalement, c'est 100 000 l'heure pour une personne). Exorbitant, il se fout de nous. Finalement, nous louons à 55 000 pour 2 heures pour 2, mais nous aurions pu les avoir pour 50 000. Nous avions pris un paquebot et une moyenne afin que cela soit plus facile pour monter sur la planche. C'est tout de même très difficle. Fred s'arrache son short de bain qu'il avait acheté 10 000, moi, cela irrite la poitrine donc je mets la chemise et je casse un bouton, ce n'est pas bien grave. Les vagues sont beaucoup moins fortes et nombreuses qu'avant le resto, malheureusement. Pendant ce temps, Lise fait des achats sur la plage en compagnie de Fanny. Constamment entourée de vendeurs, achète un colier à 10 000, 2 bagues à pied en argent (enfin j'espère... je vous le dirai la fois prochaine) à 40 000, 1 tatouage à l'épaule à 10 000 (elle s'en était déjà fait un la veille la cheville), et se refait une manucure et pédicure avec fleur pour 40 000 en tout.
De retour à l'hôtel à 19H00, nous retournons dans la piscine et gravons ensemble nos photos sur CDs.

Quelques généralites :

Une passion pour les Indonésiens : les cerf-volants que nous pouvons voir voler un peu partout en campagne et dans les villes, certains ne volent pas, ils sont sur les fils électriques.
Nous rencontrons beaucoup de touristes français depuis Jakarta, début juillet, c'est ainsi que nous avons rencontré Fred et Fanny il y a 15 jours et nous voyagons ensemble depuis. Cela nous change beaucoup, de la compagnie, des amis avec qui rigoler. Ils sont plus jeunes que nous et plein d'entrain. Un peu nous à nos débuts, on se retrouve.
Les gens sont beaucoup plus sympas ici, surtout par rapport au lac Toba. Bien sûr, beaucoup de racoleurs, de rabateurs, mais un "non" suffit (ou presque, il y a des exceptions) pour les faire partir. Je ne parle pas des personnes qui mentent dans les agences de voyages, c'est-à-dire toutes... pour vendre leurs produits!!
A Jakarta, nous trouvons beaucoup de Mushola un peu partout dans les restos ou les stations de bus. Ils servent de lieu de prière aux musulmans. Ici, c'est plutôt l'hindousime, des temples partout et des offrandes également : à l'hôtel, sur les arbres, dans la rue, à la laverie.
L'essence est très peu chère : 1810 pour 1L (1euros=11000). Cela ne m'a pas empêché de tomber en panne à Yogakarta. Ici, il faut mettre le moins d'essence possible pour éviter de refiler la moto avec le plein!! Les loueurs s'en régalent de trop!! Du coup, l'aiguille de la jauge est toujours dans le rouge!!
A Bali, beaucoup moins de backparckers comme nous, plus des touristes d'une semaine en vacances à la plage et surtout le surf!!! Même à la télé, des films sur le surf passent régulièrement.
Les bookshops en Indonésie : ils vendent les guides récents plus cher que le neuf!! 265 000 pour le Lonely Planet d'Indonésie. Du coup, ils ont aussi plein de vieux guides de voyages qu'ils n'ont pas reussi à refiler, ils font de la rétention de guide. Quel dommage. Un jeune est passé ce midi dans une librairie pour échanger 6 livres contre le Lonely Planet de Bali : impossible, il était dégoûté!!
Les boutiques ici sont un peu plus chères qu'à Yogakarta, mais en négociant bien et en connaissant les prix, on peut avoir le moins cher. Le truc : donner un prix très bas et s'en aller ensuite, ils reviennent vers vous et vous dise que c'est OK>>:-)
Le temps était superbe à Java, surtout vers l'est. Par contre, de la pluie ces 2 derniers jours à Bali, mais cet après-midi était très ensoleillé.
Notre plan initialement prévu de prendre un vol pour le Timor occidental (pas l'oriental, nous ne sommes pas fous!!) est tombé à l'eau faute de place dispo avant jeudi 22 prochain. Du coup, nous continuerons en compagnie de Fred et Fanny vers l'est et allons demain au Gili Island (pas sûr de pouvoir l'atteindre demain soir car il faut passer à Lombok). Ensuite, nous planifions d'aller jusqu'au Timor où nous prendrons un vol retour sur Bali. Dans 2 jours, cela fera 5 mois que nous sommes en Asie, et dans 1 mois et 2 jours, nous quitterons l'Asie définitivement pour l'Australie à partir de Bali.

A bientôt.

Lise et Nicolas.


Recit précédent - Recit suivant
Un commentaire sur la page? Un conseil à donner? N'hésitez pas!
Envoyez moi un petit mot et je l'insérerai dans la page. Ou Signez le livre d'or !!!
Optionnel : Nom Email  

Last modified : December 16, 2005 18:37


Divers : Liens vers autres sites, Webmasters, échange de liens, FAQ, Nous écrire
- S'inscrire à la mailing liste