Tribu Masai au Kenya. Cliquez pour agrandir


Bienvenue au 1939079 ème voyageur depuis Jan 04. Connectés :2
Retour de Sicile en Octobre 2007, les photos !!

Laguna Verde a la frontière chili-bolivie - Cliquez
Page des Nouveautés sur le site
Qui sommes nous?
Albums tour du monde et précédents voyages
Carnet de voyage
Infos pour le tour du Monde : Objectifs, Itinéraire, Budget, Billets d'Avion, Formalités, Assurances, Internet
Infos pour préparer un voyage : Equipement, Santée, En cas de Besoin, Garder contact, Visas, Sécurité, Santée
Bilan de notre tour du Monde, notre retour en france, Partage de notre experience des voyages
Iles Uros sur le lac Titicaca (pérou) - Cliquez
Invitation aux voyages - Infos générales sur la culture de différent pays
Accueil
Nos pays, sites, endroits préférés, Nos coups de coeur, les meilleurs moments et les piresCartes, plans, informations des parcs NationauxNotre récits de Week-end autour de NiceNotre retour du de voyage du Tour du Monde, Installation à Nice, premiers mois, Changement de personnalitésInternet, Ordinateurs : cybercafés pour garder contact, stockage des photos numériques, comment créer et mettre à jour son site Internet?Livre d'or - Ecrivez nous un mot!Budget par pays pendant un tour du MondeComment voyager dans le Monde, la meilleure façcon
Chercher dans le site

Carnet de voyage : Indonesie

Merveilles balinaises - 18/08/2004

Bonjour à tous!

Bon anniversaire! Nous voilà exactement à six mois de voyage, plus que six! Pour ce mail, encore une semaine dense à Bali à raconter. Un peu de plage, un peu de montagne, un peu de snorkeling, beaucoup de shopping, de la plongée, un enterrement et quelques bonnes blagues indonésiennes et nous voilà au jour du départ pour l'Australie!

Tout d'abord du nouveau sur le site :

Voici l'itinéraire sommaire et approximatif de notre parcours en Indonésie (je remercie mon frère et ma mère pour le temps passé à lire nos mails pour faire cette carte).
http://decouvrirlemonde.chez.tiscali.fr/decouvrirlemonde.php?dest=Text_carnetderoute&pays=Indonesie

Mercredi : le vol depuis Kupang (Timor) n'avait qu'une heure de retard. Première blague indonésienne en rentrant dans l'avion : au check in, nous avions bien insisté pour avoir un siège côté hublot. Le gars nous assure que c'est bon. Evidemment, nous n'avons pas de siège côté hublot. Heureusement, notre gentil voisin indonésien accepte de changer de place. De notre hublot, nous voyons défiler, en une heure, ce que nous avons fait difficilement en trois semaines en transport en commun. On se rend bien compte que l'Indonésie, c'est d'abord de l'eau et ensuite une myriade d'îles volcaniques. Le vol vaut le coup rien que pour les paysages.

15H00: aéroport de Bali. Nous pensions prendre un taxi pour nous rendre à Ubud, mais 125000 Rupiahs non négociables, ça fait un peu cher. Nous sortons de l'aéroport pour attraper un bemo bleu (5000 Rupiahs) qui nous amène au terminal sud de Denpasar. Là, un chauffeur nous explique qu'il va falloir prendre deux bemos avant de prendre un bus pour Ubud. Comme ici, on est sûr d'être surchargé dans les transports, nous acceptons sa proposition à 50000 Rupiahs pour nous amener. Sur la route, nous traversons des villages artisanaux : sculpture de pierre, cerf-volants, vêtements, mobilier et tant d'autres. Le chauffeur nous arrête à l'hôtel et on a gagné beaucoup de temps. En effet, à 17H30, nous sommes déjà installés dans une jolie chambre du Rice Paddi Bungalow (60000 Rupiahs). Un petit resto pour manger de la nourriture plus européenne, après avoir un peu souffert au Timor. Ca fait du bien, mais les prix ont gonflé. C'est plutôt chic ici.

Jeudi : nous louons une moto pour la journee à l'hôtel (40000 Rupiahs) et nous partons pour les montagnes du nord, vers le Mont Batur. Nous partons assez tôt. Les magasins sont en train d'ouvrir : les commerçants font leurs offrandes d'ouverture. Soit ils déposent des décorations florales sur un petit temple, soit ils aspergent leur magasin avec un peu d'eau bénite. Le jour précédent, il y avait une importante cérémonie hindoue. Du coup, il y a des décorations et des offrandes partout sur la route. Nous avons vraiment changé de monde par rapport au Timor. Les maisons sont également beaucoup plus élaborées. Nous sommes surpris par le nombre de temples ou peut-être de cimetières??? Nous essayons d'aller en voir un de plus près : nous passons un portail et nous voilà chez quelqu'un!! En fait, chaque maison a son temple familial, avec un minimum de 5 pour prier les dieux et les ancètres. Ils sont construits petit à petit, selon les moyens financiers de la famille : certains sont en bambou, d'autres sont en pierre avec de nombreuses sculptures. Facile de repérer les riches ici!

Nous nous retrouvons rapidement au milieu de la végétation au fur et à mesure que nous grimpons. Il ne fait pas si chaud que ça sur la moto! Nous nous arrêtons en route pour admirer le paysage au milieu des terrasses. Les Balinais n'ont pas trop le choix. Le relief est bien accidenté sur l'île avec de nombreuses collines. Mais c'est un beau spectacle pour nous. Nous achetons aussi des fruits: réserve de fruits tropicaux, dont nos favoris, les marquisats.

Déjà 10H00, nous arrivons au Batur. Quel spectacle! Un grand cratère, un volcan au milieu avec les anciennes coulées de lave apparente et un beau lac au fond. Ouah! Nous nous arrêtons dans un resto panaramique pour prendre un verre, mais les prix de la carte (20% de taxe non incluse!!!) nous fontt fuir en courant. Toutefois, le serveur nous propose 25000 Rupiahs pour le buffet du midi. On verra bien. Nous prenons la route pour descendre au fond du cratère. Des guides nous sautent dessus pour nous proposer de monter au sommet du volcan : pour 5 heures maxi de marche (2.5 heures pour monter et 1.5 heures pour descendre), on nous propose un prix d'ami à 20$, un autre nous proposera 10$ quand notre Lonely Planet nous dit qu'il faut passer par l'association des guides du Mont Batur à 50 dollars. C'est trop l'arnaque. Tant pis pour la certainement chouette grimpette, mais il ne faut pas pousser! Le paysage est déjà super de la route et la balade en moto est sympa. Une route fait le tour du volcan : on longe d'abord le lac avant de traverser des coulées de lave. Les vues sur le volcan changent rapidement et on se trouve vraiment au cœur d'un cratère. Ca vaut le coup.

Midi, on s'arrête à notre restaurant panoramique du matin. Les tours organisés sont arrivés. Plein de minibus! Nous payerons 25000 Rupiah pour un buffet correct tandis que les tours paieront 50000 Rupiah (+20% de taxes) "grâce" à leur guide. C'est vraiment l'arnaque ici, mais c'est vrai que la vue est très belle! Il est temps de partir. Nous nous arrêterons à un temple important, le Gunung Kawi à Tampaksiring : décevant. Ce sont d'anciennes tombes aujourd'hui vides. Mais elles sont au milieu de superbes terrasses. Nous ne regrettons pas notre arrêt.

Vendredi matin. Surprise !!!! Qui voyons nous arriver pendant que nous prenons tranquillement notre petit déj' sur la terrasse de notre bungalow ? Julien, un copain de Nicolas en vacances en Indonésie. Lui aussi a plein d'histoires indonésiennes après trois semaines dans le pays. Ca fait vraiment bizarre de voir une tête connue après six mois de têtes nouvelles tous les jours. Nous le laissons se remettre de ses émotions indonésiennes et nous partons en moto à nouveau vers le nord et les montagnes pour le Danau Bratan. Bali est une petite île, mais nous ferons tout de même 80 kms et 1h30 de route pour atteindre ce lac, mais la route est une nouvelle fois très jolie. Nous sortons rapidement de la zone fortement peuplée pour nous retrouver au milieu des champs de riz puis la petite montagne. Arrêt dans un marché où il ne doit jamais y avoir aucun touriste. Nous rachetons des fruits au vrai prix. Hier, nous avons payé le prix "touriste", c'est-à-dire au moins trois fois plus cher. Bonus de l'achat : c est la région des fraises, alors on se lâche!

Le lac Batur est joliment situé dans un cratère, mais ce n'est pas aussi éblouissant qu'hier. Toutefois, il y a un centre nautique. Nous nous décidons pour essayer le jet ski (75000 Rupiahs les 15 minutes) et on s'amuse vraiment bien, même Lise. Le jet ski est très stable par rapport à une moto, alors elle a moins peur. On fait aussi quelques achats dans un magasin à prix affichés (notre premier!) et à prix "doux". C'est un spot plutôt local. Une autre preuve : nous mangeons un bakso (boulettes de viande chinoises avec nouilles) à 30000 Rupiahs. Prix imbattable!

Nous poursuivons vers le lac Danau Bayan par une route qui le surplombe. Jolie, surtout que l'on voit la côte nord de Bali. Il y a des plantations de café aussi. Mais les nuages sont arrivés et nous avons froid. Nous décidons de rentrer. Nous nous arrêtons plusieurs fois pour profiter une nouvelle fois des payasages de rizières. Même après 6 mois en Asie et des kilomètres de rizières, nous les trouvons vraiment très belles. Avec le système d'irrigation, on peut voir toutes les étapes de culture du riz en même temps : de la préparation du champ avec des bœufs (où sont passés les buffalos?) jusqu'à la récolte.

17H00 : retour à Ubud. Les touristes en tour pour la journée sont encore là, du coup, la ville est particulièrement animée (le soir, c'est plutôt mort ici). Nous en profitons pour aller faire du shopping (comme notre colis du Vietnam est enfin arrivé après 5 mois de transport, nous retrouvons confiance dans l'envoi de colis), mais les prix annoncés au marché sont particulièrement exorbitants. On négocie ferme pour des plats en céramique (50000 mais encore trop cher je pense) et des albums photos. Bon, d'accord, ce n'est pas très balinais, mais la spécialite d'Ubud, ce sont les peintures et les prix commencent à 10 dollars pour un petit truc que l'on a eu pour 2$ ailleurs. Quand on passe à un vrai tableau, le prix est affiché à 100$ et ça ne nous plait pas plus que ça.

Nous partons rapidement pour le resto : nous mangeons un très bon repas au Lotus Café, notre premier repas fin (avec du vin !) depuis un bon moment. Nous allons ensuite au palais d'Ubud assister à une danse traditionnelle (50000 Rupiahs pour se retrouver assis par terre). La musique ne nous plait pas particulièrement, mais la danse nous plait beaucoup. Par contre, difficile de suivre l'histoire sans synopsis, surtout quand les danseurs parlent en indonésien! Au programme : une intro musicale dynamique, le Kebyar Ding : quelle rapidité de gestes chez les musiciens! Suit le Legong Kraton Dance, la danse de divertissement du roi : des femmes évidemment. Contrairement à la danse javanaise où la danseuse manipulait son sarong, ici la danse est plus rythmique et les visages très expressifs, notamment dans les changements d'expression du visage et des yeux. Par contre, difficile de comprendre l'histoire. En ouverture de la danse principale, une danse Barong : un monstre (une sorte de lion), le Barong, est animé par deux danseurs. Très bien fait, même l'odeur du monstre! Arrive un singe avec qui il joue et se bat pour une banane. Les mimiques de singe sont très bien faites aussi. Pour finir, le Telek : Rangde Dirah est une prêtresse de magie noire qui initie les Sisya à sa magie, ce qui leur donne le pouvoir de tuer. Le roi envoie un célèbre magicien, Mpu Bharadah, pour la stopper. Au cours de leur combat, chacun se transforme en un puissant monstre : Rangda est le mauvais esprit, le Barong est le bon esprit. Ce dernier est aidé par les villageois. Les gentils gagnent, évidemment.

Samedi matin : départ assez matinal pour le shopping en direction du marché de Sukawati, normalement beaucoup moins cher que celui d'Ubud. Nous n'y arriverons que bien plus tard. Nous nous arrêtons dans des boutiques sur le bord de la route. Ce sont les fournisseurs des marchés locaux : pas d'intermédiaire. Les prix s'en ressentent de beaucoup. Du coup, on se lâche : plats, plateau (12000), masque de monstre (10000), miroir (25000), dragon (70000), sculpture (50000), tambour (110000), déco,... On se lâche. Le sac à dos est déjà plein et nous ne sommes qu'à trois kilomètres d'Ubud. Nous regardons les meubles, très beaux, vraiment pas chers et transport à domicile organisé, mais sans appart' à meubler, c'est un peu inutile. Vraiment dommage.

Nous arrivons finalement à Sukawati où les prix au marché augmentent. Nous n'achèterons que quelques sarongs (10-15000), des petites robes (15-20000) et shorts (10-15000) pour Nicolas. Direction la poste d'Ubud ! En un rien de temps, le colis est fait : 26 kgs! Et oui, 26 kgs! On s'est vraiment un peu trop lâchés. 78 euros de frais d'envoi, quasiment le prix de ce qu'il y a dedans, mais bon on n'allait pas se priver de souvenirs.

Un petit resto et à 14H00, nous voilà dans notre premier bemo pour quitter Ubud pour Amed. Première direction : Gianyar. (20 minutes, 5000Rupiah). Evidemment, on me fait déjà le coup du "il n'y aura plus de transports locaux la-bas". Je dis "Tant pis, je dormirai là-bas". Une fois arrivés, 200 mètres de marche pour rejoindre la route principale et il y a que le choix du bemo pour nous emmener à Ampulara : ils sont tous quasiment vides. Les gens à Bali n'ont pas l'air de prendre beaucoup les transports locaux. Ils semblent assez riches pour s'offrir une moto. (bemo : 15000 Rupiahs, 10000 maximum pour les locaux) : le bemo en a payé un autre pour prendre les touristes, alors on a un prix touriste forcément! Dans le bemo monte un gars qui se révèle chauffeur pour touristes. Et là, même baratin : "Trop tard pour vous, vous ne pourrez pas aller à Amed, si vous voulez, le bemo vous emmène pour 130000". Je hausse les épaules. Même pas la peine de discuter. Il me demande pourquoi je ne reste qu'une semaine à Bali. Je lui réponds "Il y a trop d'arnaques à touristes". Il a l'air choqué, mais il me cherche le gars!

A Ampulara, 6 bemos attendent des passagers pour la direction d'Amed. Le stop des bemos est à 5 kms d'Amed. Nous négocions 25000 pour que le bemo nous y emmène. Correct. La route pour y aller est vraiment très jolie, surtout au niveau de Tirta Gangga et ses superbes terrasses. Le chauffeur essaie de renégocier le prix de la course en arrivant à Amed. Nicolas reste ferme, Lise essaie de ne pas exploser car elle en a marre des prix pour touristes. Le chauffeur finit par nous amener jusqu'à l'hôtel après nous avoir difficilement trouvé un téléphone : nous rejoignons en effet Julien et une nouvelle amie, Luciana, qui sont partis ce matin à Amed.

Amed nous déçoit en arrivant : la côte est jolie, mais il n'y a pas vraiment de jolies plages et c'est du sable noire. Il n'y a pas vraiment de village. Sur 10 kms, il y a quelques maisons de pêcheurs et des hôtels plutôt chics. Le premier hôtel nous propose 15 euros pour une chambre pas trop mal, mais pas d'eau chaude et seulement vue sur la mer. Nous finissons pas trouver un hôtel à 5euros. Jolie chambre, mais qui se révèlera bruyante à côté du restaurant. Nous sommes tombés sur le seul endroit animé d'Amed. Ce soir, concert jusqu'à 23H00! On changera d'hôtel pour le Pondok Vienna Hotel : 175000 Rupiahs pour bungalow sur la mer, jolie chambre, dîner et petit déj' inclus. Très bon rapport qualité-prix pour le coin. Nous y mangerons la specialité de Bali, le canard. Un canard entier pour deux. Un vrai régal.

Dimanche matin le 15, nous prenons notre petit déj' (juste café et très bon pancakese banane, miel) à notre hôtel mais nous sommes un peu impatients de retourner à l'autre hôtel pour profiter de la vue sur la plage. On devait faire le check out mais je m'assurais avant de louer l'équipement de snorkeling pour 15 000 avant (prix pour les hôtes). Nous déposons nos affaires au Vienna beach hotel, à la réception. Je pensais tout à coup à la laundry (lessive) et vu les prix qu'ils nous demandaient, nous en avons profité pour faire laver ma polaire, veste et aussi nos 2 sacs de couchage (2500 pièce), celui de Lise avait été un peu sali lors des derniers levers de soleil en haut des volcans, elle l'avait pris pour ne pas avoir trop froid. Nous aurions bien voulu faire laver les sacs à dos, assez sales et collants depuis 6 mois, mais tant pis.

On traîne un peu à la réception pour parler de la plongée du lendemain et du problème de décompression (equalising) de Lise, surtout qu'elle avait le nez un peu bouché ces jours-ci.

Lise voit passer le dernier bemo pour le site de snorkeling Japonese ship wreck?? peut-être, il y en a tellement peu souvent que l'on y va à pied (3 kms nous dit-on). La côte est assez jolie et nous allons au bord de la petite route de crique en crique, avec les plages parsemées de bateaux de pêcheurs. La végétation est assez sèche sur cette partie de l'île. Julien trainait encore plus nous rejoindre en ojek. Il a payé la course 4000, hors de question que nous payions 10 000 alors que nous étions déjà à la moitié, on arrive à négocier grâce à lui 2000 chacun, mais j'attends qu'il revienne déposer Lise.

Sur le site, petite cabane où l'on peut laisser les sacs si on consomme une boisson. On se faufile sur la plage entre 2 bateaux de pêcheurs. Julien est débutant en snorkeling et il faut lui montrer les gestes principaux. Le site est un ancien bateau de la guerre mondiale recouvert de coraux et de poissons. Mais la visibilité n'est pas très bonne, 5-10 mètres, cela ne nous impressionne pas plus que ça. Moi, je m'entraîne en apnée pour décompresser pour la plongée de demain, ça a l'air d'aller. En fait, les rochers à gauche de la plage présentent peut-être plus d'intérêt au niveau visibilité, coraux et poissons. J'y retourne une fois mais l'eau est encore froide pour y rester une heure. Je regrette de ne pas avoir de maillot pour avoir plus chaud. Nous rentrons à pied et le retour semble plus court que l'aller. Julien, un peu en retard par rapport à son rendez-vous, nous quitte en courant.

Nous mangeons le midi à notre hôtel avec la très belle vue sur la plage. Pour ma part, 6 gambas (avec frites et légumes, 45000) mais cela ne me laisse pas un souvenir immémorable. Nous essayons de manger du poisson, qui n'est pas cher ici, et aussi tout ce que nous ne pourrons pas manger en Australie (on ne prend pas de pâtes, car on sait que l'on va en manger quasiment pendant 3 mois!!). Après, nous nous installons dans notre charmant bungalow sur la plage (200 000 negocié à 170 000 inclus petit déj' et dîner, c'est vraiment pas cher).

Le snorkeling en face de Vienna Beach est sympa aussi, la faible prondeur surtout à marée basse rend la prise de photos simple et les photos plus jolies mais on s'arrange un peu les pieds et le torse sur les coraux. Et surtout pour revenir, on se casse les pieds!! Je reste encore un bon bout de temps, mais le froid me gagne, donc je retourne sur la plage (vers 16H00). Lise est en grande discution avec un local sur les principes touristes locaux et la différence de pouvoir d'achat entre la France et l'Indonésie, ce qui justifie pour les locaux que l'on paye les prix "touriste" plutôt que les prix indonésiens, alors que, lui disons-nous, le gouvernement s'en prend plein les poches sur son dos!!

J'en profite pourme faire faire un massage d'une heure, négocié à 50000 (au lieu de 70 000). C'est déjà très cher, sachant que les serveuses gagnent 100 000 sur un mois (logement compris). Tant pis! En fait, elle fait du rab avec 1h25 donc je lui donne 60000 (très bon massage). Lise, après son snorkeling, enchaîne après moi avec la masseuse. Mais dans la chambre, il fait déjà noir à 6H00. Elle fait aussi 1h20, mais elle n'aura que 50000. Je me relaxe. Je cherche un endroit pour graver les CDs, peine perdu. Même Internet est HS, télécom ne marchait pas ce soir. A Bali, je n'aurais pas cru trouver des endroits aussi tranquilles et avec si peu de facilité!!

Nous avions commandé la veille du canard pour ce soir et nous avions bien fait. Pour 80 000 à deux, ils nous ramènent un canard entier (avec pattes, tête et gésiers), c'est délicieux!! Et il y a de quoi manger. On nous sert riz et légumes d'accompagnement en plus. Comme l'apetizer ou dessert est compris, nous prenons aussi une Vienna salade (décevant d'après lise) et un Banana split (décevant aussi, juste une banane et 3 boules de glace dont nous sommes pas sûrs que la chaîne du froid ait été respectée. D'ailleurs, c'était bien liquide pour Lise et Louisana (une Italienne que nous avions rencontrée depuis Ubud avec Julien).

Le lendemain, lundi, lever vers 7H00 pour le petit déj' à 7H30, mais finalement, nous attendrons jusqu'à 8H10 car la serveuse (p'tit loup) était partie prendre sa douche!!! Et elle n'avait pas laissé ce que nous avions commandé!! Les autres personnes étaient servies bien avant nous. Nous croyons avoir du temps et finalement nous avons dû nous dépêcher pour le check out.

Les gars de la plongée nous attendaient depuis 8H30, heure du rdv. Lise avait négocié 100 000 (initialement 150000, 1/2 du prix d'une plongée) dans le cas où elle n'arriverait pas à plonger à cause de ses oreilles. Les deux plongées à 45 dollars, ça va. Le transport en 4x4 jusqu'à l'épave du Liberty est inclus. On se prépare sur la plage, première fois que nous partions depuis la plage (tout le temps depuis un bateau). Le Liberty est un ancien bateau militaire de 100 mètres de long datant de la seconde guerre mondiale, et torpillé par les Japonais. Il a été remorqué jusque qu'ici, où il a été achevé par une éruption volcanique qui l'a fait couler.

C'est beaucoup plus facile pour descendre de cette manière, vraiment progressive au fur et à mesure que nous nous éloignons de la plage sous l'eau. En plus, l'épave commence déjà à 10 mètres de profondeur et descend jusqu'à 30 mètres. Lise met 30 minutes pour descendre jusqu'à 15 mètres, un record!! Tout le temps entrain d'essayer de décompresser,et elle a réussi!! En plus, cela ne lui a pas fait mal comme au Gili. Nous descendons jusqu'à 20 mètres. Les parties de l'épave sont difficiles à reconnaître. Mais c'est très impressionnant. Nous plongeons 58 minutes et nous avions froid à la fin de la plongée (nous avions juste des combinaisons courtes, à cause des plaies à nos genoux). Nous voyons scorpion fish, nudybranch, raies,... et d'autres encore que l'on a écrit dans notre log book de plongée.

Nous nous réchauffons dans la voiture. Une heure d'intervalle de surface puis la deuxième. Idem. J'aurais vraiement cru que Lise n'allait pas encore y arriver vu le temps passé à -3 mètres pour décompresser, mais finalement, elle a réussi une autre plongée à 18 mètres (20 mètres pour ma part), 1h06. Toujours froides les dernières 20 minutes. C'est même moi qui me fait un peu mal à l'oreille et ça me dure l'après-midi. A 13 mètres, impossible de décompresser, je suis obligé de remonter à 10 mètres à deux reprises pour y arriver. Le problème, c'était que nous passions dans des passages assez ouverts tout de même dans l'épave à -13 mètres. D'ailleurs, c'est ce qui nous a le plus plu. Passer dans des petits tunnels entourés de coraux.

Nous repassons à l'hôtel vers 14H15 pour manger, car nous avions réservé avec Julien et Louisana un transport privé à 15H00, mais il n'était pas là. Ils sont repartis en trouver un autre. J'attendais au resto avec vue sur la mer et finalement, nous sommes partis vers 16H20 avec un local très sympa qui avait monté un business au Japon en vendant des handy crafts et planifiant de s'installer eu Europe aussi. Il revendrait ses "souvenirs" 10 fois plus cher qu'à Bali. Pour info, les objets que nous achetons ici nous coûtent 2 fois plus chers seulement à cause du transport (800 000 rps pour 1 000 000 d'objets). Il est sympa, mais il faut lui montrer la route car nous voulions passer par une route plus scénique. Un comble pour un local, alors qu'il est chauffeur ici. A un moment, quand je lui dis que nous rattrapions la route principale, il me dit : "mais comment le savez-vous?". La route est effectivement très sympa avec une belle vue sur le gunung agung (3700 mètres, sommet culminant de Bali) et des rizières. Les rizières à Bali sont parmi les plus belles de notre voyage!!! Pour info, le litre d'essence est à 1810 rps ici, très peu cher de faire le plein.

Arrivée à Sanur dans la nuit vers 19H00. Nous nous arrêtons un peu au hasard dans la rue principale de Sanur pour essayer de se repérer et trouver l'hôtel pas cher du guide. Sanur est en effet une ville plus chic que Kuta (plutôt backpakeur), mais moins que Nusa Dua. Dans le guide, les hôtels tournent plutôt autour de 20$ pour des chambres pas si bien que ça. En gros, on s'attend à galérer pour trouver des chambres correctes pour un prix raisonnable. Un gars me propose de visiter sa guesthouse, Ida Homestay. J'accepte. Au fond d'une ruelle pas très engageante, il me montre de très jolies chambres avec eau chaude, qui donnent sur un petit jardin et seulement 70000 Rupiahs. On prend! Incroyable mais à 19H00, on a une jolie chambre. On apprécie l'eau chaude : depuis combien de temps n'y avons-nous pas eu droit?

Nous finissons la soirée dans le resto le plus chic que nous ayons fait en Indonésie. Serveuse en tenue, jolie déco, bon sevice, bonne présentation pour un prix totalement correcte (30000 le plat). Vraiment, on est super contents. Pourtant, il n'y a pas beaucoup de monde : ils doivent manquer de touristes ici aussi. Mais il faut voir le nombre de restos dans la rue! On a envie de tous les faire, car ils sont tous soignés et pas très chers. Contrairement à Amed, il y aussi toutes les facilités (dont Internet et les transports). Bon d'accord, le bungalow sur la plage est quand même hors de prix ici. On est tombés sous le charme de Sanur.

Mardi : petit déjeuner tranquille sur la plage. Grand soleil. Pas harcelés comme à Kuta. Vue sur le mont Agung. Que demander de plus? 10H30, Lise part en minibus pour aller assister à une crémation, un événement très important et assez rare (car très cher) à Bali. Comme l'agence demandait 14$ pour finalement ne faire que du transport, on triche un peu beaucoup : Nicolas loue une moto (4$) et nous suit de loin. Il se fondra dans la masse des touristes qui y assisterons. C'est une cérémonie privée, ce qui est assez rare. La plupart des gens sont obligés de le faire en cérémonie collective pour partager les frais. Pour cela, certains "attendront" 10 ans.

La femme qui va être incinérée est morte depuis 10 jours. Elle est conservée dans la glace dans la maison familiale. Le matin, la famille se réunit pour prier dans les temples privés de la maison et finir de préparer la cérémonie. Vers midi, elle se rend au temple familial principal qui se trouve plus loin en ville. Pour une cérémonie collective, la procession serait d'abord d'aller chercher les os au cimitière (lieu d'attente de la crémation). Après manger, c'est le début de la procession. Les musiciens devant, avec les femmes qui portent les offrandes sur la tête. Le cercueil déposé sur un support fort décoré suit, porté par une vingtaine de personnes. Pour fermer la marche, la famille et les membres de la communauté. Selon des règles strictes (que doivent généralement suivre tous les membres de la communauté même s'ils ne sont pas hindous, et qui varient d'un village à l'autre), chaque famille de la communauté doit envoyer un membre pour la procession. Une personne contrôle les présences et si une famille ne participe pas, elle risque des punitions. Dans le village de notre guide, au bout de trois absences, la famille est chassée du village! A un moment, la procession fait trois fois le tour d'un croisement : l'esprit de la personne ne doit pas retrouver le chemin de sa maison. En faisant le tour, on lui fait perdre son orientation.

Le corps est sorti du cercueil et le linceul ouvert pour que la famille fasse les dernières offrandes. Le support pour transporter le corps est détruit. Les touristes sont tout autour en train de prendre des photos. En voyant le corps, je me rappelle (!!!) que c'est un enterrement et pas une cérémonie photogénique, je suis gênée d'être là. La famille ne dit rien. Apparemment, elle reçoit 7$ par touriste (je n'y crois pas trop, mais c'est ce que me dit le guide). C'est une grosse aide financière qui peut expliquer en partie leur accord, mais ils doivent toutefois être très choqués. Il y a un mois, le roi d'Ubud a été incinéré et la cérémonie a coûté "two billions", nous dit le guide. Le corps de la femme est ensuite brûlé (au gaz maintenant) pendant 2h30. Les cendres seront récupérées et la famille ira les disperser dans la mer. Parfois, la famille se rend au temple sacré du Mont Agung avant de disperser les cendres, car l'esprit du mort s'y trouve (dans des cas que je n'ai pas compris, c'est vraiment compliqué l'hindouisme).

14H00, nous voilà de retour à la plage. La cérémonie était finalement très rapide, le plus long a été d'attendre le départ de la procession. C'était beaucoup moins "festif et coloré" que je le croyais pour une cérémonie qui permet à l'esprit de se libérer enfin du corps pour aller vers une réincarnation a priori meilleure. Surtout, je trouve que 14$ à l'agence, c'est cher quand on ne sait pas combien va vraiment à la famille. Mais bon sans eux, on ne sait pas où ça se passe, alors on n'a pas le choix.

Nous passons l'après-midi à la plage. Nous disons "au revoir" à Luciana : "à bientôt!" Et nous partons faire des courses. Grand événement : Lise s'est enfin débarrassée de ses tongues blanches cassées! Et en plus, elle s'est trouvé un nouveau petit ensemble pas cher super sympa pour 11 euros (bientôt sur les photos). Nicolas a sauvegardé les photos sur CD (20000 Rupiahs le CD comparé à 5000 Rupiahs au Timor où ce n'était vraiment pas cher). Un petit tour au supermarché pour acheter des petites choses moins chères qu'en Australie et une bouteille de vin pour fêter notre départ. Nous mangeaons avec Julien au bord de la plage. Un musicien joue de la guitare et chante beaucoup mieux qu'à Amed. Encore une bonne soirée!

Mercredi : dernier jour en Asie et encore tant de choses à faire dont écrire le mail!! Et faire de la plage. Ca nous fait un petit quelque chose de partir d'Asie après six mois, surtout que finalement, on ne sera pas tant allés à la plage que ça. Nicolas en parlera plus dans notre mail. Bilan des six mois. Nous sommes passés à la boulangerie acheter des gâteaux, que nous avons mangés sur la plage ce matin. Nous avons un peu lézardé. Incroyable comme la plage est vide. Nous avons la plage pour nous. Mais où sont les touristes?

Heureusement, les vendeurs de la plage ne sont pas collants comme à Kuta, donc nous apprécions notre "lézardage". Lise se paie un après-midi au salon de beauté pour 10 euros, pendant que Nicolas vadrouille. Ce soir, nous avons le temps de faire un dernier petit resto avant de nous rendre à l'aéroport pour 22H00.

Un au revoir déjà nostalgique à l'Asie.

A bientôt.

Lise et Nicolas.


Recit précédent -
Un commentaire sur la page? Un conseil à donner? N'hésitez pas!
Envoyez moi un petit mot et je l'insérerai dans la page. Ou Signez le livre d'or !!!
Optionnel : Nom Email  

Last modified : December 16, 2005 18:37


Divers : Liens vers autres sites, Webmasters, échange de liens, FAQ, Nous écrire
- S'inscrire à la mailing liste