Tribu Masai au Kenya. Cliquez pour agrandir


Bienvenue au 1939510 ème voyageur depuis Jan 04. Connectés :6
Retour de Sicile en Octobre 2007, les photos !!

Laguna Verde a la frontière chili-bolivie - Cliquez
Page des Nouveautés sur le site
Qui sommes nous?
Albums tour du monde et précédents voyages
Carnet de voyage
Infos pour le tour du Monde : Objectifs, Itinéraire, Budget, Billets d'Avion, Formalités, Assurances, Internet
Infos pour préparer un voyage : Equipement, Santée, En cas de Besoin, Garder contact, Visas, Sécurité, Santée
Bilan de notre tour du Monde, notre retour en france, Partage de notre experience des voyages
Iles Uros sur le lac Titicaca (pérou) - Cliquez
Invitation aux voyages - Infos générales sur la culture de différent pays
Accueil
Nos pays, sites, endroits préférés, Nos coups de coeur, les meilleurs moments et les piresCartes, plans, informations des parcs NationauxNotre récits de Week-end autour de NiceNotre retour du de voyage du Tour du Monde, Installation à Nice, premiers mois, Changement de personnalitésInternet, Ordinateurs : cybercafés pour garder contact, stockage des photos numériques, comment créer et mettre à jour son site Internet?Livre d'or - Ecrivez nous un mot!Budget par pays pendant un tour du MondeComment voyager dans le Monde, la meilleure façcon
Chercher dans le site

Carnet de voyage : Laos

LuangPrabang : Kuang Si Waterfalls - 25 Mai 2004

Bonjour à tous!

Une nouvelle journée marquée par la tranquilité à Luang Prabang. Apres un petit déj' avec croissants (0.5$ le croissant) et café, nous avons loué un scooter (6$ la journée) pour aller à 35 kms de la ville voir des cascades. Nous ne nous attendons pas à grand-chose.

D'autres photos de la journée ont été rajoutées à l'adresse:
http://lemondenphoto.free.fr/index.php?album=Laos_LuangPrabang_KuangSiWaterfalls

Les videos sont affichées comme des croix, mais si vous cliquez dessus, vous pouvez les télécharger et les visionner (connexion rapide obligatoire)

Les cartes de la Chine et du Laos ont été mises à jour :
http://decouvrirlemonde.chez.tiscali.fr/recits/index.php?pays=Chine
http://decouvrirlemonde.chez.tiscali.fr/recits/index.php?pays=Laos

La balade pour s'y rendre est toujours aussi agréable : des collines boisées nous entourent, nous traversons de petits villages avec les maisons typiques du Laos, en hauteur, entourées d'une haie avec des fleurs. Pourtant, pas de hamac ici, même si nous avons retrouvé les gens en sandales. La route n'est pas goudronnée et il y a quelques trous, mais dans l'ensemble, c'est plutôt une bonne route.

Je prends donc un peu le volant. Heureusement, il n'y a pas de maneuvres à faire et personne à l'horizon… La route s'arrête : nous sommes arrivés!

1.5$ l'entrée, et nous plongeons dans la forêt. 5 minutes après, nous tombons nez à nez avec un tigre… de l'autre côté d'un grillage. Il a été confisqué à un braconnier. Depuis, il semble vivre une vie fort peu mouvementée ici.

Nous continuons et nous tombons sur un petit Plitvice, un très petit Juizhagou : une série de petites cascades et de piscines à l'eau transparente se jetant les unes dans les autres. Le tout garde une atmosphère beaucoup plus sauvage qu'en Croatie : le chemin est toujours en terre. Quelle bonne surprise! En continuant, nous tombons sur les grandes cascades : l'eau dévale la colline en offrant un très beau spectacle pour les yeux et les appareils photos. Un chemin permet de monter au sommet des chutes. C'est très, très agréable.

Nous redescendons pour manger une noodle soup. Nous tentons une petite sieste près des chutes, mais il se met à pleuvoir des cordes. Nous nous réfugions sous un abri. A la première éclaircie, Nicolas ne peut s'empêcher de retourner au sommet des chutes pour voir ce qu'il y a plus loin. Et il n'y a pas grand chose. Quelques huttes de chasseurs sous lesquelles il se revugie pour éviter la pluie.

Je reste tranquillement près des piscines à lire mon bouquin. Nous avons bien fait de venir le matin, car les tuks tuks de touristes arrivent en masse l'apres-midi, changeant l'atmosphère relativement sauvage de l'endroit en haut lieu touristique, chacun prenant sa photo sous les chutes. Toutefois, il suffit de s'éloigner vers les piscines pour retrouver la tranquilité.

A 17H00, nous nous décidons à partir. Le tigre n'est plus au même endroit, mais nous remarquons un enclos tout près et un touriste qui en sort. Nous ne comprenons pas quel animal il a vu. Nous rentrons et allons au fond de l'enclos. Tout à coup, nous voyons une grosse boule noire descendre rapidement d'un arbre et se diriger vers nous : un OURS !!! Je peux bien avouer que j'ai eu la peur de ma vie. Un petit coup de patte et je peux me retrouver par terre! Nous appelons vite le gardien qui vient vite et rigole bien en nous voyant si apeurés. Les ours des arbres mangent des feuilles et ressemblent plus à des pandas qu'à des ours des Pyrénées. Toutefois, nous restons bien loin d'eux...

Nous finissons la journée au sommet de la colline qui surplombe Luang Prabang. Trop de nuages pour un beau coucher de soleil, mais un beau point de vue sur la ville : quelle est petite et verdoyante. On dirait un village! Il faut dire qu'il n'y a que 16000 habitants.

Suite du récit du trek de 3 jours:
Les femmes se jetent sur nous pour nous vendre leurs handycrafts, c'est-à-dire leur objets fabriqués maison, pour la plupart des bracelets hideux que personne ne pourrait porter! Et elles vendent toutes la même chose malheuresement. Nous sommes obligés de refuser : nous ne pouvons pas acheter à tout le monde, même si ce n'est pas cher : 0.2 dollar le bracelet.

Très difficile de prendre des photos aussi. Pour cela, il faut acheter. Pas de problème, avec mon numérique, j'en profite. Pas besoin de viser, j'en prends à la pelle discrètement (peut-être un peu trop en espérant que certaines seront bonnes.) Même le guide a du mal à s'en sortir pour acheter les légumes (même prix cependant qu'au marché en ville). Les femmes veulent tout lui vendre.

A notre arrivée, notre maison sur pilotis est envahie de crotin de chèvre. Notre guide, pas très content, gueule un peu et tout est rapidement nettoyé.

Un chef de famille aide notre guide pour la cuisine du soir et du matin. Les jeunes veulent tous quelque chose de nous : des pièces pour les filles. Nous donnons un sifflet (accroché à notre parapluie pour enfant) à un jeune.

Le repas est convivial. Le chef de famille est là pour échanger des mots et surtout, le lao lao whisky. Un massage basique, mais sympa, effectué par les filles du village, s'enchaîne (payé 3000 kips par le guide). Nous voulons leur donner un pourboire mais à éviter, en échange, nous achetons 2 bracelets. Les prix ont augmenté. J'ai vite fait de les ramener à 2000 kips chaque.

Je me réveille la nuit à 4H45. Ils avaient bien raison, le village se réveille déjà à cette heure-là. Pour ma part, je me rendors.

Le lendemain, nous visitons une maison du village. Une seule piece pour parents et enfants, qui dorment sous des moustiquaires à trous (dans le village précédent, les parents étaient séparés des enfants).

La derniere journée se passe en forêt au debut, encore une fois, araignée à 2 cornes de 3 cms, scarabées faisant des boulettes avec la M... de vache, insectes de tous les côtés. ET aussi, partie de la forêt brûlée par les paysans pour faire pousser du riz de mauvaise qualité sur les flancs.

La dernière journée est très, très chaude, le soleil est revenu. Nous regrettons même la pluie avec nos parapluies que nous transportons.

A l'arrivée, notre guide nous annonce avec un brin d'humour que l'office de tourisme est fermé le WE... Impossible de récupérer notre crème solaire!! Pour une fois que je voulais lui donner un Tip... C'est tant pis pour lui. Nous retrouvons notre guesthouse avec la lessive propre qui nous attend, et une bonne douche aussi!!

Voici un peu de culture sur les villages rencontrés. Ces informations ont été obtenues par un échange de questions-réponses grâce à la traduction de notre guide.

Tribu Red Thai (ils vivent dans plusieurs pays d'Asie) :

Minorite ethnique beaucoup plus riche bien que tous soient paysans. Ils ont l'électricité, la télé, l'eau dans le village (pas dans la maison), certains le satellite. Leurs maisons sont en bois sur pilotis pour éviter que les animaux ne puissent rentrer dans la maison (bien que les poules en profitent tout de même. C'est aussi en cas d'inondation de la rivière. Le rez-de-chaussée est généralement utilisé pour le stockage, le tissage, la fabrique de soie, etc...

Le village est constitué de 100-150 familles. Ils cultivent le riz (leur champ est autour du village) mais pas seulement. Ils fabriquent aussi du lao lao whisky qu'ils vendent sur le marché 5000 kips le litre. Il faut à peu près 1kg de riz pour un litre, c'est un alcool très fort (45-55 degrés) qu'ils distillent eux mêmes. Il font à peu près 30 litres toutes le 2 semaines.

Ils fabriquent de la soie à partir des vers à soie. Ils cultivent les feuilles des arbres dont les vers sont friands. Après 15 jours, ils font bouillir les chrysalides et récupèrent la soie. L'étape suivante est le tissage de différents vêtements pour les habits de cérémonie (ils ont malheuresement perdu leurs habits traditionnels dans la vie courante, contrairement en Chine, où les principales minorités ethniques les ont conservés), et des souvenirs pour les visiteurs (45 000 kips le châle que nous avons acheté). Cela demande 2-3 jours de tissage à raison de 5 heures par jour (un autre gars lors de notre tour à velo nous a dit 2-3 mois!?)

On n'accède à ce village qu'à pied, scooter ou petit tracteur (utilisé dans les champs), la route pour camion ou voiture n'est pas pour tout de suite.

Les habitants se baignent dans la rivière à côté pour se laver ou utilisent le puit. Ils font bouillir l'eau pour la rendre potable.

Le revenu total d'une famille est de 20 000 000 kips par an, soit 2000 dollars. Le revenu apporté par le tourisme joue une part importante et les sont contents de nous acceuillir : 200 000 kips/an. Le logement (20 000 kips par personne par nuit) revient à la communauté. Géré par le chef du village, cet argent sert aux travaux de communauté, par exemple construire une route d'accès ou un pont qui est financé pour moitié par le gourvernement, et pour l'autre moitié par le village). Les prix des repas (20 000 kips par personne) reviennent à la famille qui cuisine pour les touristes. Un roulement est organisé pour la cuisine dans le village.

Le chef du village est élu pour 3 ans selon les règles du pays.
Les familles se partagent les machines pour le riz (en moyenne 1 machine pour 2 familles), mais certaines familles n'ont que les bras pour cultiver la terre. Ils empruntent de l'argent au gouvernement, qu'ils remboursent sur plusieurs années. Les taxes sur le riz sont prévelées sur la surface de terre : 20 000 kips/an/hectare.

Il n'y a pas de docteur, ni de policier, ni de pompier. En cas de maladie, le Shaman est là pour soigner les personnes et par défaut, les envoie chez le docteur à Luang Nam tha.

Le shaman vit dans la forêt, cultive des plantes thérapeutiques et "s occupe des esprits".

Les gens sont plutôt contents de leur vie et préfère ceci que d'habiter en ville, leur manque d'éducation les empêcherait totalement de vivre là-bas. Ils ne savent ni lire, ni ecrire, même s'ils possèdent une école dans leur village. Après 11 ans, les enfants vont travailler dans les champs. D'ailleurs, ils préfèrent avoir des garcons que des filles.

Ils se lèvent généralement vers 5H00 du mat', mais les femmes se lèvent plus tôt pour préparer le petit déjeuner. Ils se couchent vers 22H00-23H00.

Ils pratiquent l'animisme. Voir notre page :
http://decouvrirlemonde.chez.tiscali.fr/decouvrirlemonde.php?dest=Text_animisme

Ils croient aux esprits!! Ils ne croient plus aux esprits de la forêt, car leur croyance n'a pas suivi les faits. Par contre, ils croient aux esprits de la rivière. Le deuxième village a une croyance encore plus forte de l'animisme (cf après).
Le deuxième village, les Ahka (ou orthographe similaire) :
Idem ci-dessus sauf les différences suivantes:
beaucoup plus pauvres, leur village est à flanc de colline, sans rivière proche (c'est voulu, mais la raison est insensée..), sans route d'accès. On y accède qu'à pied, à 4 heures AS de la ville. Ils font l'aller-retour dans la journée pour vendre leurs produits sur le marché, ou pour les femmes, vendre leurs bracelets dans la rue touristique.

Ils viennent juste d'élargir le sentier afin que des tracteurs manuels puissent venir chercher le riz qu'ils cultivent. Les champs sont sans irrigation et à 1 heure de marche du village. Il y a 15 ans, ils ont déplacé le village mais ne se sont pas installés près des champs, car d'après le chef du village, les animaux viennent dans le village, puisqu'il n'y a pas de clôture. Si on leur demande pourquoi ils ne construisent pas de clôture, le guide nous répond qu'ils doivent être fainéants, le chef du village nous répond qu'ils font comme leurs ancêtres. Ceci est une vraie marque. Ils ont un potentiel d'évolution qu'ils ne veulent pas développer et préfèrent toujours vivre comme au Moyen-Age (je pense que certains paysans vivaient mieux qu'eux au Moyen-Age).

Ils ont l'habitude de cracher partout, les enfants comme les adultes. C'est normal, leur origine est tibétaine et sont donc chinois.

On peut apercevoir beaucoup de jeunes chiens dans le village. La raison en est que les habitants mangent du chien. Les garcons se mettent du vernis à ongle, peut-être pour imiter leur soeur, mais c'est très laid. Les filles ont gardé leurs costumes traditionnels. Surtout leur chapeau, c'est très beau. Elles collectionnent les pièces de monnaie pour les mettre dessus. Je peux voir une livre anglaise, et aussi une vieille pièce de la période d'Indochine (donc française) de 1912. Elles ne se doutent certainement pas de leur valeur.

Les femmes plus âgées ne sont pas pudiques. Certaines, leur poitrine dépasse de leur vêtement et leurs seins tombent sur leur ventre. Elles mâchent un fruit rendant les dents toutes rouge foncé afin de les renforcer.

Les jeunes enfants, curieux, sans culotte jusqu'à au moins 3 ans (c'est plus facile pour les besoins et moins de travail pour les mamans), ont tous un gros ventre, probablement dû à la carence alimentaire. Ils jouent ensemble mais sont assez violents entre eux : ils se font souvent mal. Pas de jeux de carte, ni de tongues pour la plupart pour jouer au flip flop, juste une balançoire, mais celle-ci est sacrée. D'ailleurs, elle EST sacrée. Nous avons le droit de la prendre en photo, mais pas de la toucher (de précédents touristes l'ont fait sans savoir et ont dû payer 150 000 kips). La balaçoire une fois cassée, ils n'ont le droit de la réparer qu'une fois par an.

Ceci fait partie de leurs croyances. Ils font toutes les années une nouvelle porte pour leur village (interdit aux étrangers de la traverser lorsqu'elle est neuve), de petites maisons servent à loger les esprits (pas le droit de toucher et photographier!).

Ils croient aux esprits de la forêt (les vieux arbres) et des rivières. Ils tirent des coups de canon par moments pour ramener les esprits aux villages.

Lorsqu'il n'y a pas de pluie, ils tuent un chien. Bizarre aussi, les filles, à l'âge de 13 ans, doivent dormir dans une hutte séparée de la maison famiale, par contre, elles peuvent avoir semble-t-il des relations avec des garçons avant le mariage.

Encore plus étrange et horrible, ce qui a fait que Lise n'a pas aimé ce village. Dans le cas de naissance de soeurs jumelles, celles-ci sont tuées en posant des cendres sur les bébés. Lise s'est caché de dire qu'elle était soeur jumelle pour évider de faire croire qu'il y avait une malédiction envers elle.

Il fabrique aussi le lao lao whisky, mais uniquement pour leur consommation personnelle. Ils le boivent lorsqu'ils reçoivent des étrangers ou pour des célébrations annuelles : chacun va dans la maison de l'autre pour boire un verre.

Il y a trois ans, les premiers touristes sont arrivés au village avec un guide. D'abord, ils croyaient que c'était pour faire la guerre, mais ce n'est que pour "voir". Ils ont été très surpris. Le village est resté assez authentique, comparé à d'autres même s'ils ont tendance à se tourner vers le tourisme (encore très, très peu développé... fort heureusement).

Les toilettes se trouvent dans la forêt.

A bientôt.

Nicolas et Lise.


Recit précédent - Recit suivant
Un commentaire sur la page? Un conseil à donner? N'hésitez pas!
Envoyez moi un petit mot et je l'insérerai dans la page. Ou Signez le livre d'or !!!
Optionnel : Nom Email  

Last modified : December 16, 2005 18:37


Divers : Liens vers autres sites, Webmasters, échange de liens, FAQ, Nous écrire
- S'inscrire à la mailing liste