Tribu Masai au Kenya. Cliquez pour agrandir


Bienvenue au 1985577 ème voyageur depuis Jan 04. Connectés :2
Retour de Sicile en Octobre 2007, les photos !!

Laguna Verde a la frontière chili-bolivie - Cliquez
Page des Nouveautés sur le site
Qui sommes nous?
Albums tour du monde et précédents voyages
Carnet de voyage
Infos pour le tour du Monde : Objectifs, Itinéraire, Budget, Billets d'Avion, Formalités, Assurances, Internet
Infos pour préparer un voyage : Equipement, Santée, En cas de Besoin, Garder contact, Visas, Sécurité, Santée
Bilan de notre tour du Monde, notre retour en france, Partage de notre experience des voyages
Iles Uros sur le lac Titicaca (pérou) - Cliquez
Invitation aux voyages - Infos générales sur la culture de différent pays
Accueil
Nos pays, sites, endroits préférés, Nos coups de coeur, les meilleurs moments et les piresCartes, plans, informations des parcs NationauxNotre récits de Week-end autour de NiceNotre retour du de voyage du Tour du Monde, Installation à Nice, premiers mois, Changement de personnalitésInternet, Ordinateurs : cybercafés pour garder contact, stockage des photos numériques, comment créer et mettre à jour son site Internet?Livre d'or - Ecrivez nous un mot!Budget par pays pendant un tour du MondeComment voyager dans le Monde, la meilleure façcon
Chercher dans le site

Islam

Islam :

Commentaires

Internet, Coran et Sunna, Condition de la femme

Sites internet

En introduction, vous pouvez consulter le très bon site sur le monde arabe.
Pour vous faire une idée par vous-même, consultez ce site sur le Coran (pour l'Islam) ou ce site contre l'Islam. Les différences d' interprétation sont assez frappantes. Des sites proposent des débats plus ou moins pertinents ( site1 ou site2) . Vous avez également la possibilité de prendre des cours.

Le Coran et la Sunna

- Le Coran signifie récitation. Il incarne pour les musulmans la Parole de Dieu transmise à Mohammed par l’intermédiaire de l’archange Gabriel. Celui-ci lui annonce qu’il a été choisi comme messager du Dieu des juifs et des chrétiens et qu’il a été élu par Allah (Dieu en arabe) pour transmettre la Révélation aux hommes.

* Constitué de 114 chapitres, ou sourates, classés par ordre décroissant de longueur, le Coran est rédigé en arabe. Son texte a d’abord été transcrit par différents disciples sur des omoplates de chameaux, des nervures de palmes et des fragments de poteries. Sa version définitive a été établie à Bagdad au Xe siècle.

* On distingue deux catégories de versets. Ceux écrits à La Mecque, qui s’adressent à tous les hommes et décrivent une loi universelle. Et ceux écrits à Médine, qui traitent, quant à eux, de questions juridiques et politiques.

- Le texte de la Sunna est un vaste ensemble de récits, ou hadiths, qui contient les témoignages des actes accomplis par le Prophète au cours de sa vie publique et privée et ses paroles énoncées hors des moments de la Révélation. La Sunna compile ces actes singuliers, qui serviront de paradigme et de norme. Chaque instant de la vie de Mohammed a, pour le musulman, valeur de modèle idéal d’une vie réglée en totale conformité sur la Parole et la Volonté divine.

* Ces récits servent de fondement au fiqh, la jurisprudence islamique, qui regroupe les affaires sociales et ce qui concerne l’aspect cultuel. Le fiqh résulte du travail d’adaptation et d’interprétation des textes, appelé l’ijtihâd, qui veut dire « faire l’effort de ». Ce terme désigne donc l’activité de réflexion et de raisonnement que le juriste doit mettre en œuvre, lorsque les règles énoncées dans le Coran et la Sunna ne contiennent pas la réponse à un problème juridique. Il s’agit pour lui de formuler, en l’absence de textes de référence, une réglementation qui s'accordera avec le contexte historique et géographique, aux données politiques, économiques et sociales. Cette nouvelle législation est donc élaborée dans le respect de l’esprit des deux sources fondamentales. Cette prégnance du religieux dans le quotidien, le rapport noué entre la politique et la religion sont difficiles à appréhender pour un occidental.

Top

Condition de la femme (article du Monde)

Que de traditions ainsi déviées et devenues discriminatoires ! Le droit a souvent perverti l'inspiration d'origine et aggravé le déséquilibre de la lettre coranique. Mais il convient de rappeler qu'une telle confusion entre la loi et la confession existe aussi en... Israël ou dans la Grèce chrétienne, où on ne peut se marier que devant le rabbin ou le pope !

- Libération de la femme : La révélation de l'islam offre à la femme, pour la première fois, la possibilité de rompre la chaîne de l'esclavage, d'être considérée - devant Dieu - comme l'égale de l'homme. Le prophète Mahomet (570-632) interdit le meurtre des petites filles, ordonne au mari de subvenir aux besoins de sa femme, crée pour la fille une part d'héritage qui - même réduite à la moitié de celle de son frère, qui a la charge des biens de famille - est, à l'époque, un progrès inimaginable. Lors de ses exploits spirituels et guerriers, Mahomet a toujours une femme à ses côtés. Par amour ou alliance diplomatique pour élargir son royaume, il en consommera... huit, après la mort de sa première épouse, Khadidja, en 620. Au mont Hira, où Dieu lui dicte le Coran (602), c'est Khadidja, une femme, qui est le premier témoin de la révélation musulmane.

- Rôle d'épouse et mères : Loin des traditions bibliques qui font porter à la femme le poids du péché originel, l'islam lui prescrit donc, dès le VIIe siècle, des égards d'une surprenante modernité : Dieu est aux femmes autant qu'aux hommes. Deux cents versets lui sont consacrés dans la quatrième sourate, précisément intitulée "Les femmes". Les croyantes, autant que les croyants, sont promises au même paradis éternel et au même châtiment que les hommes si elles sont "hypocrites" ou "idolâtres". Les préférées de Dieu sont les mères : "Le paradis est sous le pied des mères", dit un célèbre haddith du Prophète. Mais les épouses et les enfants sont tous des "biens de ce monde", d'inestimables cadeaux de Dieu. "Les femmes sont l'autre moitié de l'homme", récite un haddith. Ou encore : "Le meilleur parmi vous est le meilleur envers son épouse." Quel plus bel hommage, enfin, que le verset 21 de la sourate Ar Rum, qui énonce : "Il est parmi les signes de Dieu d'avoir créé de vous, et pour vous, des épouses, afin que vous trouviez quiétude auprès d'elles."

Bref, le Coran et la tradition (sunna) sont fascinés par le sexe féminin. Mahomet n'a rien d'une figure ascétique et n'a pas prêché, comme le Christ, une religion ascétique. Si la faute et la culpabilité ne sont pas absentes de l'islam, elles ne sont pas imputées à la première femme, Eve, mais au Diable et à la capacité de l'homme à faire le mal. Tout le texte coranique peut être lu, prié, médité comme une louange au créateur, une ode à la beauté de ses créatures. Et si, aujourd'hui, on ne retient de l'histoire musulmane que l'extrême méfiance à l'égard des femmes, une marginalisation sexiste juridiquement codifiée, une persécution savamment orchestrée, on ne saurait oublier l'autre face de l'islam : l'érotisme des Mille et Une Nuits, la légitimité du plaisir et d'un désir infini, le raffinement des jeux sexuels, le goût de la bonne chère, de l'argent et des parfums.

Mais l'islam se révèle un mélange confus de suavité extrême et de puritanisme absolu.

- Prééminence de l'homme : Mais qu'une religion réformiste, exaltant l'ardeur sexuelle, soit devenue prison pour les femmes reste l'un des principaux mystères de l'islam. La raison fondamentale en est l'affirmation de la "prééminence" de l'homme. Un seul écrit l'atteste, le verset consacré à la répudiation dans la deuxième sourate : "Les épouses ont pour elles des droits, semblables à ce qui leur incombe. Les hommes ont cependant sur elles une prééminence. Allah est puissant et sage." Tout un imaginaire machiste et paternaliste est né, qui a ouvert la voie à la plupart des discriminations et humiliations.

- Polygamie : Le Coran avait limité à deux, trois ou quatre épouses le lien matrimonial (sourate 4, verset 3). Il s'agissait alors de mettre à l'abri du besoin les femmes seules, répudiées ou les veuves, et l'équité entre les femmes, sur les plans matériel et sexuel, y était prescrite : "Si vous craignez de ne pas être équitable, n'épousez qu'une seule femme."

- Le voile : A l'origine, le hidjab désigne toute chose (tissu, mais aussi paravent ou arbre) qui empêche de voir, c'est-à-dire qui délimite l'espace du public et celui de l'intime. Le Coran le réserve aux épouses du prophète et aux nouvelles croyantes pour les différencier de celles qui ne sont pas encore converties.

* Les différents voiles : Pourquoi est-il devenu une norme ? Le Coran demande aux femmes de "rabattre le voile sur la gorge" (du mot arabe jouyoub, qui peut être aussi traduit par décolleté) et il s'en tient là. Bien des différences opposent le haïq blanc (couleur sunnite), porté par les femmes maghrébines, et le tchador noir (couleur chiite) des musulmanes d'Asie centrale. Le hidjabdes jeunes immigrées de banlieues anglaises ou françaises n'a rien de commun non plus avec la carapace qui enveloppe le corps de la femme afghane (burqa) ou saoudienne. Mais le Coran n'arbitre nullement entre des modalités d'habillement plus symboliques et culturelles que proprement religieuses.

* La pudeur : Ce qui est incontestable en revanche, c'est la sacralisation de la pudeur. En islam, tout le corps de la femme est awra, mot qu'on peut traduire par "chose restant à découvrir", c'est-à-dire ce qui est caché et touche aussi bien les parties génitales du corps (de l'homme et de la femme) que la vie privée. Cette notion capitale d'awra légitime et sanctifie la pudeur. Elle a été très tôt codifiée. L'awra et le hidjab délimitent les espaces du public et du privé, de l'homme et de la femme. C'est une séparation sexuelle radicale, imposée, normalisée, tellement intégrée dans les mentalités que l'on n'explique pas autrement la répulsion que provoque, chez beaucoup de femmes musulmanes, l'exposition de la nudité chez la femme occidentale. Mais pour Wahiba Amiri-Afrit, ces notions de "voile", de "pudeur" et de "nudité" évoquent une "scansion" propre à l'islam, une alternance de creux et de pleins, expression d'un érotisme qui se veut art du désir. Une scansion qu'on retrouve aussi dans le ramadan : privation diurne de nourritures et de relations sexuelles ; fête nocturne, d'autant plus goûtée que le jeûne alimentaire et sexuel aura été complet.

* Sexualité : Ainsi ne peut-on comprendre le statut des femmes en islam sans examiner son rapport à la sexualité. "Vos femmes sont pour vous un champ de labour. Allez à votre champ comme vous le voudrez", dit crûment le Coran (sourate 2, verset 223). Celui-ci codifie les préliminaires de l'acte amoureux, recommande aux hommes "baisers et douces paroles" plutôt que de "se jeter sur sa femme comme le font les bêtes". Faire jouir sa femme est même un devoir pour le croyant et des dispositions permettent à l'épouse d'obtenir le divorce en cas d'impuissance du mari ou si celui-ci s'abstient de tout rapport sexuel pendant quatre mois. L'islam a décomplexé la sexualité, condamné le célibat, sacralisé le mariage.

* Répudiation : Mais s'il n'y a pas de péché de chair, les relations sexuelles y sont sévèrement contrôlées. L'islam établit une distinction radicale entre l'union licite (nikah) et l'union illicite (zina) ou adultère. Dans les temps préislamiques, il avait combattu toutes les formes d'union libre, de zina, et institué l'union licite, le mariage. Cela est resté ancré : dans le droit islamique (charia), l'auteur d'un adultère est puni jusqu'à la lapidation. De même, la "répudiation" ne peut-elle intervenir que dans le cadre de l'union licite. Elle repose sur la fameuse formule bi'l-haram, que le mari doit répéter trois fois pour que la répudiation devienne définitive. Pour le prophète, il s'agissait de permettre à l'homme de réfléchir, revenir sur sa décision et, même s'il a prononcé trois fois la formule, de retrouver sa femme. On sait ce qu'il en est advenu. La répudiation est devenue parfois un moyen commode, pour un mari irascible, de décider du renvoi de son épouse.

Top

Un commentaire sur la page? Un conseil à donner? N'hésitez pas!
Envoyez moi un petit mot et je l'insérerai dans la page. Ou Signez le livre d'or !!!
Optionnel : Nom Email  

Last modified : December 16, 2005 18:37


Divers : Liens vers autres sites, Webmasters, échange de liens, FAQ, Nous écrire
- S'inscrire à la mailing liste